d’après moscou, le convoi humanitaire russe est en route pour louhansk
d’après moscou, le convoi humanitaire russe est en route pour louhansk © reuters

Ils avaient provoqué la colère unanime de Kiev et de ses soutiens en Occident : le convoi humanitaire russe de 200 camions, soupçonné d'être une incursion déguisée pour aider les rebelles, semble finalement prendre la route du retour.

Les premiers camions ont repris samedi matin la route de la Russie, moins de 24 heures après avoir franchi illégalement la frontière ukrainienne. Selon un journaliste de Reuters au poste-frontière de Donetsk-Izvarino, par lequel le convoi est entrée en Ukraine vendredi, une dizaine de camions sont repassés en territoire russe. Et au même moment, d'autres véhicules se dirigeaient vers le poste-frontière.

Le président ukrainien, Petro Porochenko, soutenu par l'Occident, avait qualifié vendredi l'entrée du convoi de plus de 200 camions peints en blanc "d'incursion illégale" et exigé leur départ dès que possible.

Ce retour devrait calmer les esprits, comme l'explique notre correspondante à Moscou, Caroline Larson

La chancelière allemande, Angela Merkel, est arrivée dans la matinée à Kiev pour des discussions sur les moyens de mettre fin à la crise. C'est la plus importante dirigeante occidentale à se rendre en Ukraine depuis le début de la crise. Une visite vue comme un soutien au pouvoir ukrainien, à la veille de la fête de l'indépendance.

Elle va surtout chercher à trouver une issue au conflit, Pascal Thibault

Bataille d'images

La télévision publique russe avait auparavant diffusé des images du déchargement d'une partie des camions dans un dépôt de Louhansk, l'un des bastions des séparatistes pro-russes dans l'est de l'Ukraine.

Distante d'environ 70 km du poste-frontière de Donetsk-Izvarino, la ville, encerclée par l'armée ukrainienne, est privé d'eau et d'électricité depuis plusieurs semaines, ce qui fait craindre une crise humanitaire aux organisations internationales.

L'Otan a annoncé détenir des preuves de tirs d'artillerie des troupes russes visant des positions de l'armée ukrainienne, une accusation relayée par la Maison blanche.

La Russie dément apporter la moindre aide matérielle aux rebelles ukrainiens et accuse Kiev de s'attaquer à des civils sans défense. A Donetsk, l'autre bastion des rebelles, des tirs d'artillerie lourde se sont toutefois de nouveau fait entendre samedi, et on observe des cratères d'obus récents dans certains secteurs.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.