Il y a trois jours, le président Viktor Lanoukovitch était en Russie pour discuter avec son homologue Vladimir Poutine de partenariat stratégique. Ce dimanche, les pro-européens redonnent de la voix. Ils sont 200 000 massés au centre ville de Kiev.

Yann Gallic est au coeur de la manifestation

Manifestation à Kiev
Manifestation à Kiev © Nicolas Mathias / Nicolas Mathias

Les opposants au président Viktor Ianoukovitch espèrent rassembler un million de personnes pour accentuer la pression sur le gouvernement ukrainien. Ce face à face suscite des inquiétudes sur la stabilité politique et économique de cette ancienne république soviétique de 46 millions d'habitants, bordée par quatre Etats membres de l'UE et voie de transit du gaz russe vers l'Europe.

Environ 350.000 personnes avaient participé à une manifestation similaire la semaine passée, après une intervention musclée des forces de l'ordre qui avait suscité les critiques des pays occidentaux. Cette mobilisation intervient dans un climat d'incertitude entourant la position de Viktor Ianoukovitch. Ce dernier a rencontré Vladimir Poutine dans la station balnéaire de Sotchi sur la mer Noire et des rumeurs font état d'une possible adhésion à l'union douanière mise en place par le Kremlin et réunissant déjà la Biélorussie et le Kazakhstan. Moscou et Kiev ont tenté d'apaiser les inquiétudes en affirmant que la question d'une union douanière n'a même pas été abordée lors de la rencontre mais une réunion gouvernementale est prévue le 17 décembre.

Poutine considère que l'Ukraine est un pays stratégique pour les intérêts vitaux de la Russie. Les observateurs estiment que le président russe et son homologue ukrainien ont négocié un ralliement de l'Ukraine en échange d'approvisionnement en gaz à coût réduit et de possibles créances supplémentaires. Kiev se trouve dans une situation délicate de dépendance à l'égard de la Russie pour ses approvisionnements en gaz mais aussi en raison de sa dette à l'égard de Moscou. Les manifestants qui continuent d'occuper des campements de fortune sur la place de l'Indépendance à Kiev affirment que leur lutte n'a rien à voir avec l'argent.

La crise ukrainienne
La crise ukrainienne © Radio France
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.