offensive de l’armée ukrainienne dans l’est, près de slaviansk
offensive de l’armée ukrainienne dans l’est, près de slaviansk © reuters

L'armée ukrainienne a tenté de passer à l'offensive à Slaviansk vendredi matin, mais l'opération a mal tourné et deux militaires sont morts. Il se trouvaient à bord de deux hélicoptères abattus par les séparatistes pro-Russes. Au cours de l'après-midi les heurts se sont étendus à Odessa, où un incendie a fait 31 morts.

Les incidents qui ont éu lieu dans ce port de la mer noire on fait trois morts et 15 blessés dans un premier temps, puis 31 morts dans un incendie dans un immeuble à Odessa.

Les affrontements ont opposé des partisans de l'unité de l'Ukraine et des militants pro-russes. 1.500 personnes, en grande partie des supporteurs des clubs de football d'Odessa et de Kharkiv, ont voulu manifester pour l'unité du pays. Ils ont été attaquée à coups de matraque, pierre et explosif par des pro-Russes casqués, malgré une tentative d'interposition de la police.

"Phase active de l'opération antiterroriste"

C'est donc un nouveau palier vers la guerre civile qui a donc été franchi avec l'opération militaire lancée par les forces nationales ukrainiennes contre les miliciens pro-Russes qui occupent des bâtiments officiels de la ville de Slaviansk.

Pour le ministre ukrainien de l'Intérieur, Arsen Avakov, les séparatistes qui contrôlent Slaviansk bénéficient du soutien de mercenaires professionnels. L'offensive, constitue la "phase active de l'opération antiterroriste" lancée mi-avril par le pouvoir central. Ses objectifs sont simples, ajoute-t-il :

Libérer les otages, faire rendre les armes [aux séparatistes], libérer les bâtiments administratifs et rétablir le fonctionnement normal de l'administration municipale.

L'assaut de l'armée ukrainienne contre Slaviansk va retarder la libération des inspecteurs étrangers et ukrainiens de l'OSCE qui y sont détenus depuis une semaine, a répondu Denis Pouchiline, le meader des séparatistes de Donetsk.

Les explications de Marc Crépin

Moscou dénonce une "opération punitive"

La Russie n'a pas tardé à réagir. L'offensive lancée ce vendredi est une "opération punitive" qui sonne le glas de l'accord de Genève, a déclaré le porte-parole de Vladimir Poutine, Dmitri Peskov.

Alors que la Russie entreprend des efforts pour apaiser et régler le conflit, le régime de Kiev s'est mis à tirer sur des villes de civils avec l'aviation militaire, et a commencé une opération militaire, anéantissant de fait le dernier espoir de survie de l'accord de Genève.

►►►ALLER PLUS LOIN | Regain de tension dans l'est de l'Ukraine

La situation ne cesse de s'aggraver dans l'est du pays. Jeudi, à Donetsk, des centaines de militants pro-russes ont attaqué le siège du parquet régional. L'assaut, mené à coups de pierres et de cocktails molotov, a fait plusieurs blessés dans les rangs des policiers, qui ont dû rendre les armes.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.