La Police israélienne enquête après la découverte du corps d'un jeune palestinien
La Police israélienne enquête après la découverte du corps d'un jeune palestinien © Reuters

Un Palestinien de 17 ans a été enlevé et tué ce mercredi après le meurtre de trois jeunes Israéliens en Cisjordanie. Les craintes s'amplifient autour d'un cycle d'actes de vengeance en Israël et dans les Territoires palestiniens.

Kidnappé et tué alors qu'il faisait du stop en Cisjordanie... comme les trois jeunes israéliens enlevés le 12 juin et retrouvés morts ce lundi. L'adolescent de 17 ans, Mohammad Abou Khdeir, se trouvait le quartier de Chouafat, à Jérusalem-Est occupé et annexé.

Son corps a été découvert plusieurs heures après l'enlèvement, "portant des marques de violences" dans la partie ouest de la ville, selon la radio militaire israélienne.

Après des recherches, un corps a été retrouvé près de la forêt de Jérusalem

Déclaration de Louba Samri, porte-parole de la police israélienne, qui refuse pour l'instant d'établir un lien avec le meurtres précédents : les trois jeunes israéliens inhumés la veille lors d'une cérémonie nationale en présence de dizaines de milliers de personnes.

Les précisions du correspondant de France inter à Jérusalem, Sébastien Laugénie

Benyamin Netanyahu dénonce un crime "abominable"

benjamin netanyahu menace de multiplier les opérations militaires dans la bande de gaza
benjamin netanyahu menace de multiplier les opérations militaires dans la bande de gaza © reuters

Le premier ministre israélien a réagi ce mercredi matin après un communiqué de Mahmoud Abbas. Le président de l'autorité palestinienne demandait à Israël de condamner l'enlèvement et le meurtre de l'adolescent palestinien.

Un peu plus tôt, le maire israélien de Jérusalem, Nir Barkat s'est exprimé, parlant d'un acte horrible et barbare" et appelé "tout le monde à la retenue".

Selon plusieurs médias, il s'agirait d'un acte de vengeance, bien que la police déclare explorer "toutes les pistes".

Les forces de sécurité israéliennes ont été déployées à Chouafat, où l'adolescent a été vu "emmené de force dans une voiture".

La famille d'une des trois victimes israéliennes condamne ce meurtre

Nous ne savons pas exactement ce qui s'est passé à Jérusalem-Est. L'affaire est entre les mains de la police. Mais si ce jeune Arabe a été tué pour des raisons nationalistes, il s'agit d'un acte horrible et choquant. Il n'y a pas de différence entre les sangs versés. Un meurtre est un meurtre, quels que soient la nationalité ou l'âge. Il n'y a aucune justification, pas de pardon ou d'expiation

Déclaration de la famille Frankel dans un communiqué.

Escalade de la violence

La tension monte à Jérusalem : Reportage de Sébastien Laugénie

Le mouvement islamiste palestinien Hamas menace de représailles les dirigeants israéliens :

Notre peuple ne restera pas inerte face à ce crime ni à aucun autre crime d'assassinat, d'incendie ou de démolition commis par les hordes de colons et vous paierez le prix de tous ces crimes.

La veille, mardi, lors des funérailles des trois jeunes israéliens, Benyamin Netanyahu a déclaré :

Vos assassins ont piétiné le commandement moral qui veut que l'on ne touche pas à un enfant

les corps des trois jeunes israéliens retrouvés en cisjordanie
les corps des trois jeunes israéliens retrouvés en cisjordanie © reuters

Leur meurtre a été attribué par Israël à des activistes du mouvement islamiste palestinien Hamas. De son côté, le Hamas nie être impliqué, mais salue l'opération.

En début de matinée, des heurts ont éclaté dans le camp de réfugiés de Chouafat. Deux cent Palestiniens ont jeté des pierres sur les forces de sécurité qui ont répliqué en tirant des balles caoutchoutées.

Une manifestation dégénère en "chasse aux Arabes"

Près de 200 personnes ont pris part mardi à une manifestation anti-arabe à Jérusalem qui a dégénéré en "chasse aux Arabes", selon des témoins:

Ils entrent dans le tramway, arrêtent des voitures sur la route et hurlent "mort aux Arabes"

La police annonce l'arrestation de 47 manifestants mardi soir.

Interruption momentanée de la circulation du tramway de Jérusalem, qui traverse les quartiers arabes et juifs de la ville et des policiers déployés à chaque station, "par crainte d'émeutes", rapporte le site d'information israélien Ynet.

La Cisjordanie marquée par les meurtres
La Cisjordanie marquée par les meurtres © IDE
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.