Réfugiés yézidis
Réfugiés yézidis © MaxPPP

Le 3 août dernier 2014, les djihadistes de Daech lançaient une offensive éclair en Irak : quelques heures pour prendre la ville de Sinjar et isoler des dizaines de milliers de Yézidis réfugiés sur une montagne.

Un an plus tard, où en est-on ?

Encerclés par les djihadistes, cette ville de 300.000 habitants n'a pas trouvé de recours. Des centaines d'enfants sont morts de faim et de soif. Aujourd'hui, le mont Sinjar est à nouveau relié au reste du monde mais les combattants kurdes n'ont repris qu'un tiers de la ville.

Les combattants

Si la lutte continue, c'est notamment grâce à Hashem City. Il est commandant d'une brigade des Peshmergas, et explique que la stratégie pour l'instant, c'est la défense. Il leur faut davantage de moyens.

Hashem City

Le front est large, trop large pour que les combattants peshmergas puissent se permettre d'attaquer et de reprendre des positions au groupe Etat islamique. L'appui aérien de la coalition sera donc nécessaire pour avancer.

Sur le front, deux hommes assurent 24h/24 la coordination entre les Peshmergas et les avions de la coalition.

Les opérations conjointes sont quotidiennes dans le secteur mais elles n'ont permis de reprendre que 30% de la ville pour l'instant.

Les réfugiés

Les djihadistes considèrent les yézidis comme des adorateurs du diable. Il y a un an, ceux qui n'ont pas eu le temps ou la possibilité de fuir ont été enlevés. En tout, environ 5000 yézidis sont capturés. Beaucoup d'hommes sont tués, les jeunes filles sont vendues comme esclaves sexuelles.

Aujourd'hui certaines sont parvenues à sortir de l'enfer. Parmi elles, Delo, une jeune yézidie qui a échappé aux griffes de Daech grâce à un Emir, un membre haut placé de l'organisation Etat islamique.

Pierrick Bonno, notre correspondant au Kurdistan irakien, a rencontré Délo dans un camp de réfugiés à Dohuk, dans le nord de la région.

Irak : les Yézidis persécutés par les djihadistes
Irak : les Yézidis persécutés par les djihadistes © ide
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.