Pour la première fois dans l'histoire de l'Eglise, un cardinal a été réduit à l’état laïc à cause d’une affaire d’abus sexuels. Il s'agit de l'ex-cardinal américain Theodore McCarrick, 88 ans, accusé d'abus sexuels.

Le pape François a défroqué l'ex-cardinal américain Theodore McCarrick, 88 ans, accusé d'abus sexuels
Le pape François a défroqué l'ex-cardinal américain Theodore McCarrick, 88 ans, accusé d'abus sexuels © AFP / Johannes EISELE

Les faits remontent à près de 50 ans. De graves indices étaient ressortis de l’enquête, demandée par le Saint siège à l’archevêché de New-York en septembre 2017, après le témoignage d'un homme qui disait avoir été abusé sexuellement par le prélat dans les années 70.

Theodore McCarrick, 88 ans, ancien archevêque de Washington, a été reconnu coupable, par la Congrégation pour la Doctrine de la foi, le "ministère" du Saint-Siège en charge de juger ce genre de cas, d’avoir abusé d’un adolescent dans les années 70. Le Pape François a confirmé ce samedi matin la sentence.

"Sollicitation en confession" et "violations du sixième commandement du décalogue" avec des mineurs et des adultes, sans oublier "abus de pouvoir". Des termes qui ne disent rien au grand public, mais ce sont les crimes commis par Theodore McCarrick, une des principales figures de l’Église américaine à la charnière du XXe et du XXIe siècle. 

Theodore McCarrick a été reconnu coupable d’avoir abusé d’un adolescent, profitant de sa position d’alors et utilisant le secret du confessionnal pour parvenir à ses fins. D’où sa peine : la réduction à l’état laïc, la peine plus sévère prévue par le code de droit canon à l’encontre d’un clerc. 

L’ancien archevêque de Washington, qui avait renoncé à son titre de cardinal en juillet dernier à cause du scandale qu’il avait provoqué, ne pourra donc plus exercer son ministère de prêtre. Le Pape François a reconnu la nature définitive de la décision prise par la Congrégation pour la Doctrine de la foi, l’autorité compétente en matière d’abus au sein de l’Église. Décision qui ne pourra pas du coup faire l’objet d’appel. 

Le pape confirme ainsi sa politique de tolérance zéro en frappant un homme qui était parvenu à se hisser tout en haut de la hiérarchie ecclésiastique.   

Le pape avait réservé le même sort en octobre à deux évêques chiliens pour agressions sexuelles sur mineurs, au moment où l'Église catholique de ce pays sud-américain est également plongée dans un scandale sans précédent.  

Un sommet  sur "la protection des mineurs" au Vatican

L'annonce concernant l'ancien archevêque de Washington intervient alors que le pape a convoqué au Vatican, du 21 au 24 février, les présidents des conférences épiscopales du monde entier pour un sommet très attendu sur "la protection des mineurs" où l'on planchera notamment sur la responsabilité des prélats ayant gardé sous silence des agressions sexuelles de mineurs par le clergé. Pour s'y préparer, François a demandé aux participants de rencontrer des victimes d'agressions sexuelles commises par le clergé dans leurs pays respectifs.   

L'Eglise ne cherchera jamais à étouffer ou à sous-estimer aucun cas. Cela ne doit plus jamais se produire" a promis le pape François devant les plus hauts prélats de la Curie en décembre dernier

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.