A Taqba en août 2014
A Taqba en août 2014 © REUTERS/Stringer / REUTERS/Stringer

Après le Normand Maxime Hauchard, un second Français de 22 ans, Mickaël Dos Santos, originaire du Val-de-Marne en région parisienne, a été identifié parmi les bourreaux du groupe jihadiste Etat islamique.

Michael Dos Santos est un jeune homme originaire de Champigny-sur-Marne près de Paris. Le jeune homme né à d'origine portugaise a été naturalisé il y a cinq ans. Il prend le nom de guerre d'Abou Othman.

Le portrait du jeune homme par Mathilde Dehimi :

En fin de matinée, mercredi, le Premier ministre, Manuel Valls ne confirmait pas formellement l'identité du bourreau :

Comme nous sommes en live, nous serons prudent et nous laissons le procureur s'exprimer.

Mais dans l'après-midi, le parquet a donné des informations un peu plus précises, ajoutant qu'il disposait "d'indices précis et concordants" permettant d'identifier le jeune Français.

Le maire de la commune, Dominique Adenot apporte quelques précisions sur le profil du jeune homme :

Il aurait eu des soucis sérieux avec sa famille.

Selon le procureur de Paris, il pourrait s'agir d'un jeune converti, né en 1992 et parti rejoindre l'organisation "État islamique" en août 2013.

138 personnes neutralisées

Le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve a donné des précisions sur le plan de lutte conte ces djihadistes :

Au cours des derniers mois, nous avons eu à mettre hors d'état de nuire des personnes qui avaient commis des crimes en Irak et en Syrie, qui sont revenues sur le territoire national et que nous avons, par l'action de nos services et de la justice, empêché de nuire. Il a été dit que cinq attentats avaient été évités. Je vous ai dit qu'il y avait 138 personnes qui avaient été neutralisées.

Le premier Français identifié, Maxime Hauchard est un jeune homme de 22 ans, originaire de l'Eure, en Normandie, qui s'est rendu en Syrie en août 2013. Connu des services de renseignement depuis 2011 pour son appartenance à la mouvance radicale de la région de Rouen, il s'est converti et radicalisé sur internet.

Selon Sébastien Pietrasanta, rapporteur de la loi renforçant la lutte contre le terrorisme, qu'ils soient sur place, en transit ou revenus, 1 132 Français sont impliqués dans les filières de départs vers la Syrie et l'Irak. Ils sont 376 sur place, dont 88 femmes et 10 mineurs en Syrie, et 226 en transit.

Peut-on désintoxiquer les djihadistes de retour en France ? La classe politique s'interroge. Certains prônent la mise en place de centre de désendoctrinement.

Le reportage de Nasser Madji

Depuis l'Australie où il est en visite, François Hollande a déclaré vouloir faire en sorte que les individus impliqués dans les décapitations "soient effectivement retrouvés et punis."

L'expansion de l'Etat islamique
L'expansion de l'Etat islamique © Radio France
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.