l'extradition vers la suède de julian assange confirmée par la cour suprême britannique
l'extradition vers la suède de julian assange confirmée par la cour suprême britannique © reuters

Il y a un an, le co-créateur de Wikileaks se réfugiait à l'ambassade d'Équateur à Londres. Une fois l'asile politique obtenu, Julian Assange a continué à combattre "la chasse aux sorcières contre Wikileaks" lancée selon lui par les Etats-Unis.

Le journaliste et activiste australien de 41 ans s'est réfugié à l'ambassade de l'Equateur à Londres après le rejet de son appel contre une demande d'extradition vers la Suède, où la justice veut l'interroger sur des accusations de viol portées contre lui. Quito lui a accordé l'asile politique.

Franck Mathevon s'est rendu à l'ambassade d'Equateur de Londres

L'avenir du co-fondateur est encore flou. Ricardo Patino, ministre équatorien des Affaires étrangères, a évoqué l'avenir de Julian Assange, fondateur de Wikileaks, avec son homologue britannique, William Hague.

Julian Assange
Julian Assange © Radio France

Julian Assange redoute, en cas d'extradition, d'être transféré aux Etats-Unis où il pourrait répondre de faits de trahison pour avoir publié sur son site internet des dizaines de milliers de documents confidentiels émanant notamment du département d'Etat américain, et être emprisonné à vie.

Actuellement en plein procès, le militaire américain Bradley Manning est accusé d'être la source du site WikiLeaks.Agé de 25 ans, il doit répondre de 22 chefs d'inculpation, dont assistance à l'ennemi, un crime passible de la réclusion criminelle à perpétuité.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.