Francois Hollande et le Président allemand Joachim Gauck à Oradour-sur-Glane
Francois Hollande et le Président allemand Joachim Gauck à Oradour-sur-Glane © Yoan Valat/EPA/MaxPPP
**L'homme, qui avait 19 ans au moment des faits, est accusé du meurtre "collectif de 25 personnes et de complicité de meurtre sur plusieurs centaines d'autres personnes" mais il est incertain qu'un procès puisse avoir lieu** . L'homme faisait partie du régiment Der Führer de la division blindée SS Das Reich qui a exécuté méthodiquement 642 civils. ### Le 10 juin 1944 Les habitants du village avaient été rassemblés sur la place du marché et les hommes avaient été séparés des femmes et des enfants. Les hommes avaient ensuite été divisés en quatre groupes, qui avaient été exécutés à quatre endroits différents. 25 hommes avaient été abattus dans une grange à la mitrailleuse par l'octogénaire et des membres de son régiment. L'homme se serait ensuite rendu à l'église d'Oradour où il aurait assuré une garde pendant qu'étaient regroupés dans le bâtiment plusieurs centaines de femmes et d'enfants qui ont été massacrés à l'aide d'explosifs, de grenades, d'armes automatiques, avant que l'église soit brûlée à son tour. Il y aurait peut-être même transporté du combustible, précise le tribunal de Cologne. Il reste aujourd’hui deux survivants de cette tragédie, Marcel Darthout est l'un de ceux-là et sa mère et sa femme sont mortes dans l'incendie auquel aurait participé l'octogénaire. **Marcel Darthout avec Jérôme Edant**
### La justice allemande a ouvert en octobre 2010 une nouvelle procédure judiciaire sur le massacre d'Oradour-sur-Glane C'est l'Office central chargé d'enquêter sur les crimes nazis, situé à Dortmund, qui a pris la décision d'inculper l'octogénaire. Cinq autres personnes sont dans son viseur pour ces mêmes faits. **Les explications de Lise Jolly**
Les investigations s'appuient sur des documents de la Stasi découverts après la Réunification, qui contenaient notamment les témoignages de deux soldats présents à Oradour. Par le passé, plusieurs enquêtes menées en Allemagne de l'ouest avaient été classées faute de preuves. **Début septembre, Joachim Gauck avait été le premier président allemand à se rendre à Oradour-sur-Glane, avec le président français François Hollande.**
IDE Oradour
IDE Oradour © Radio France
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.