L'Inde prévoit d'envoyer un homme ou une femme dans l'espace d'ici 2022. C'est ce qu'a annoncé le premier ministre indien Narendra Modi, mercredi 15 août, lors d'un discours à la Nation à New Delhi. Si elle y parvient, l'Inde sera la quatrième nation à réaliser cet exploit, après les États-Unis, la Russie et la Chine.

Le satellite de navigation de l’ISRO à bord du lanceur de satellites PSLV-C41. Il a décollé le 12 avril 2018 du Centre spatial Satish Dawan à Sriharikota, en Inde.
Le satellite de navigation de l’ISRO à bord du lanceur de satellites PSLV-C41. Il a décollé le 12 avril 2018 du Centre spatial Satish Dawan à Sriharikota, en Inde. © AFP / ARUN SANKAR

Plus discrète que les États-Unis et que la Russie, mais pas moins performante. L'Inde s'est illustrée ces dernières années en ce qui concerne le domaine de l'aérospatiale. Sa dernière annonce : envoyer un homme ou une femme dans l'espace d'ici 2022 "et avant si possible [pour y] déployer son drapeau tricolore", a déclaré Narendra Modi, le premier ministre indien. Et d'ajouter : 

L'Inde est fière de ses scientifiques, qui excellent dans leurs recherches et sont à l'avant-garde de l'innovation.

Il y a quatre ans, le pays avait déjà réussi un vol expérimental d'une capsule habitable vide, depuis revenue sur Terre. L'Inde a aussi commencé la construction d'un centre d'entraînement et compte sur une aide de la Russie pour encadrer la formation de 4 pilotes de chasse qui doivent être choisis parmi 100 candidats pour le premier vol. Il lui reste donc moins de quatre ans pour parfaire la formation des Vyomanautes, le nom des astronautes en langue ancienne indienne. Cette année, le pays a même augmenté son budget pour l'agence spatiale indienne : il a grimpé de 23 %.

Hugo Lisoir, youtubeur et passionné par l'exploration et la conquête de l'espace, retrace dans sa vidéo l'histoire du programme spatial indien. 

L'Inde, un géant de l'espace…

Le programme spatial indien, qui regroupe l'ensemble des activités spatiales civiles et militaires de l'Inde, est né en 1967. En 1972 est créé l'ISRO (Indian Space Research Organisation), l'agence spatiale indienne. Trois année plus tard, New Delhi lance son premier satellite et en 1997 le pays signe des contrats afin d'envoyer des satellites depuis la Corée du Sud et de l'Allemagne.

Plus récemment, l'Inde a réussi à atteindre Mars en une seule tentative. La sonde Mars Orbiter Mission (MOM), décolle le 5 novembre 2013, et en septembre 2014 elle est placée en orbite de la planète Rouge. Le succès de cette mission a été souligné d'autant plus qu'elle n'a coûté "que" 73 millions de dollars. Un coût inférieur au dernier film d'espionnage Mission impossible : Fallout, qui s'est élevé à 178 millions de dollars. L'Inde est ainsi devenue le premier pays d'Asie à réaliser cet exploit, là où seuls les États-Unis, la Russie et l'Europe avaient réussi. La sonde MOM est, à ce jour, toujours opérationnelle.   

…qui vise toujours plus loin

Seulement deux années plus tard, le 22 juin 2016, l'Inde fait de nouveau parler d'elle. L'ISRO est parvenu à envoyer 20 satellites – dont 17 étrangers – à des orbites différents. Le véhicule chargé de lancer les satellites en orbite, le PSLV (Polar Satellite Launch Véhicule) réalisait ainsi son 36e vol.  

Mais c'est sans conteste l'année dernière, en 2017, que le pays est entrée dans les annales en réalisant un record : la mise en orbite de 104 satellites avec une seule fusée, toujours la même, le lanceur PSLV. Le précédent record était détenu par la fusée russe Dnepr. Elle avait envoyé dans l'espace seulement 37 satellites.

Toutes ces opérations ont contribué à positionner l'Inde comme acteur majeur sur le marché spatial international. Si le pays parvient effectivement à envoyer une mission habitée dans l'espace, elle sera la quatrième nation à réaliser cet exploit après les États-Unis, la Russie et la Chine.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.