Les forces spéciales françaises ont libéré un otage néerlandais lors d'une opération lundi matin dans le nord du Mali.

Dans un communiqué, le ministère de la Défense indique que plusieurs individus ont été capturés lors de l'opération qui a permis la libération de Sjaak Rijke, enlevé à Tombouctou en novembre 2011 :

M. Rijke a été évacué et mis en sécurité à Tessalit, sur la base temporaire avancée de l'opération Barkhane. Il est sain et sauf.

À Bamako, un porte-parole du dispositif Barkhane, déployé par l'armée française contre les groupes djihadistes au Sahel, aprécisé que deux combattants islamiques avaient été tués et deux autres capturés lors de l'opération qui a permis la libération de Sjaak Rijke, enlevé à Tombouctou en novembre 2011.

En visite au mémorial d'Izieu, dans l'Ain, François Hollande a déclaré que les commandos français ignoraient tout de la présence de l'otage néerlandais au moment de leur intervention :

Ça a été une pour nous, pour nos forces, une surprise de pouvoir libérer cet otage car nous n'avions pas d'informations sur la présence de cet otage.

À Amsterdam, le ministre néerlandais des Affaires étrangères, Bert Koenders, a annoncé que Sjaak Rijke était en bonne santé au vu des circonstances et qu'il recevait des soins sous supervision d'une équipe néerlandaise. "C'est une nouvelle formidable pour Sjaak et sa famille", a-t-il ajouté. Ce conducteur de train avait été enlevé avec deux autres ressortissants étrangers à la terrasse d'un hôtel de Bamako, où il était alors en vacances.

Sjaak Rijke était apparu sur une vidéo d'Al Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) diffusée en novembre dernier sur laquelle on pouvait voir également l'otage français Serge Lazarevic, qui a été libéré un mois plus tard en échange de la libération de quatre militants islamistes. Les Pays-Bas ont déployé environ 450 militaires au Mali dans le cadre de la Minusma, la force des Nations unies.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.