Le procureur spécial Robert Mueller va enquêter sur une éventuelle collusion entre des proches de Donald Trump et la Russie pendant la campagne présidentielle américaine.

Etats-Unis : Robert Mueller a été nommé procureur spécial pour enquêter sur les ingérences de la Russie
Etats-Unis : Robert Mueller a été nommé procureur spécial pour enquêter sur les ingérences de la Russie © AFP / SAUL LOEB

Robert Mueller est l'ancien directeur du FBI. Homme respecté par les Républicains comme par les Démocrates, il avait été nommé par George W.Bush en 2001, puis reconduit par Barack Obama.

Au réveil jeudi matin, Donald Trump a évidemment twitté pour dénoncer "la plus grande chasse aux sorcières contre un politicien dans l'histoire américaine"

Désormais, Robert Mueller va devoir faire la lumière sur une éventuelle collusion entre des proches de Donald Trump et la Russie. Sa nomination est un rebondissement dans cette affaire qui assombrit le mandat du président américain. Le ministre de la Justice, Jeff Sessions, proche du président, s'était récusé en mars dernier dans cette même enquête. C'est alors le procureur général adjoint Rod Rosenstein qui a repris les rennes.

Cette décision de Rosenstein de nommer Mueller, survient après un flot de développements à la limite du chaos ces derniers jours à la suite du limogeage du directeur du FBI James Comey. Depuis, la presse a révélé que Trump avait demandé à James Comey d'abandonner l'enquête sur son ancien conseiller en matière de sécurité intérieure Michael Flynn, qui a démissionné pour des contacts avec la Russie.

Les Démocrates et même certains Républicains réclamaient la nomination d'un enquêteur indépendant.

La sénatrice démocrate Dianne Feinstein soutient la nomination de Mueller...

...tout comme les Républicains. Au Congrès, la majorité républicaine avait rejeté les appels à un procureur spécial mais exprimait depuis des jours son malaise face aux interventions du président dans l'enquête.

Sur la chaine conservatrice Fox News, de nombreux éditorialistes saluent l'arrivée de Mueller. La sénatrice républicaine Susan Collins en fait de même :

Excellent choix pour le poste de conseiller spécial. L'ancien directeur du FBI Bob Mueller a de solides états de service et on ne peut rien lui reprocher.

Comme Jason Chaffetz, pour qui "Mueller est un très bon choix. CV impeccable. Devrait être largement accepté."

Plutôt une mauvaise nouvelle

Cette nomination est plutôt un revers pour la Maison Blanche. Elle vise à écarter le pouvoir politique des investigations sur la Russie en réduisant au minimum la supervision par le ministère de la Justice, qui exerce la tutelle sur le FBI et ses agents. Mueller ne pourra être démis que pour faute.

Trump qui se plaignait encore le matin d'être maltraité par les médias, a réagi sèchement par voie de communiqué à cette annonce. Selon la Maison Blanche, l'enquête actuelle se suffisait à elle-même.

Comme je l'ai dit à de nombreuses reprises, une enquête complète confirmera ce que nous savons déjà : il n'y a eu aucune collusion entre mon équipe de campagne et une entité étrangère

Mais le milliardaire a admis dans une interview que le limogeage du patron du FBI James Comey était lié à son exaspération vis-à-vis de l'enquête sur les ingérences russes. Comey a été invité à s'expliquer lors d'auditions publiques au Congrès mais n'avait pas encore accepté mercredi soir.

Plutôt une bonne nouvelle

Les Démocrates estiment tout de même que la nomination du procureur spécial n'est qu'une première étape et réclament la création d'une commission spéciale sur la Russie, au mandat plus large que la stricte enquête policière.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.