"Abu Rachid" serait le Français arrêté en Turquie
"Abu Rachid" serait le Français arrêté en Turquie © Facebook d'Abu Rachid / Facebook d'Abu Rachid

TÉMOIGNAGE - Un homme soupçonné d'avoir été l'un des principaux recruteurs de djihadistes français en Syrie a été arrêté en août dans la Turquie voisine et reconduit en France dans la nuit de mercredi à jeudi.

Ce Franco-Marocain de 29 ans doit être présenté à un juge du pôle anti-terroriste jeudi après-midi, a précisé le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve. Originaire de Haute-Savoie, il était en Syrie depuis juillet 2013 où il aurait d'abord rejoint les rangs de l'Etat islamique avant de rallier un groupe concurrent, Jabhat Al-Nostra. Son rôle "serait déterminant dans le recrutement de jeunes français, à Toulouse et à Strasbourg, et leur départ en Syrie", ajoute Bernard Cazeneuve dans un communiqué.

Dans une interview diffusée en février dernier sur le site du magazine Vice, et qui lui est attribuable selon RTL, le jeune homme s'était lui-même targué d'être l'un des principaux "prêcheurs". "Tous les djihadistes dont on parle dans les journaux sont passés par moi", disait-il. D'après la radio, les juges espèrent grâce à son interrogatoire démanteler une partie de la filière qui permet à de jeunes Français de partir en Syrie via les réseaux sociaux.

"On le voyait, qu'il se faisait embrigader. On était impuissant face à ça."

Mais l'un des frères de celui qu'on présente comme un recruteur a une toute autre version. Pour lui, son frère n'est qu'un jeune paumé parmi d'autres, qui avait pris contact avec l'ambassade pour rentrer en France.

Son témoignage au micro de Gaële Joly

Pour eux au début, c'était fun, c'était bien. Mais pour tous ces jeunes, il y a un retour à la réalité. Ceux qui veulent revenir volontairement, ce sont tous des repentis.

Bernard Cazeneuve réaffirme "la totale détermination du gouvernement à lutter contre la radicalisation violente, les filières de recrutement qui conduisent de jeunes français à partir à l'étranger et basculer dans les actions terroristes." Le projet de loi qui sera débattu à partir de lundi par l'Assemblée nationale dotera la France d'instruments législatifs mieux adaptés à l'évolution de la menace, souligne-t-il.

Le ministre de l'Intérieur s'est félicité de cette arrestation

À la mi-août, 350 Français combattaient en Syrie ou en Irak, selon le député socialiste Sébastien Pietrasanta, rapporteur d'un projet de loi contre le terrorisme qui sera débattu à partir de lundi au Parlement. En six mois, le nombre de Français impliqués a selon lui augmenté de 50%. De nombreux mineurs soupçonnés d'être candidats au djihad en Syrie ont été interpellés et mis en examen ces dernières semaines.

► ► ► LIRE | Le plan anti-djhad du gouvernement

Le Jihad en Syrie
Le Jihad en Syrie © Radio France
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.