Serge Atlaoui
Serge Atlaoui © MaxPPP/EPA/Bagus Indahono

Le Français ne figure pas sur la prochaine liste des condamnés à exécuter.

Serge Atlaoui bénéficie officiellement d’un sursis puisque le Parquet général de Jakarta a confirmé qu'il ne figurerait pas sur la liste de condamnés à mort dans l'attente d'une exécution imminente. Dans la nuit de vendredi à samedi, les détenus en attente d'une exécution imminente ont été transférés dans des cellules d'isolement, comme le prévoit la législation, à l'exception d'Atlaoui.

Pour expliquer ce report, le ministère indonésien des Affaires étrangères, Armanatha Nasir, a évoqué une procédure en cours devant le tribunal administratif de Jakarta. L'avocate indonésienne d'Atlaoui a en effet saisi le tribunal administratif de Jakarta pour contester l'absence de motivation dans la décision du président indonésien Joko Widodo, qui a rejeté la demande de grâce d'Atlaoui.

L'avocat de Serge Atlaoui, Me Richard Sédillot, reste prudent mais juge qu'il s'agit là d'un signe encourageant

C'est un sursis, ce n'est pas gagné, tout peut changer d'un jour à l'autre. Notre travail va peut-être porter ses fruits.

« Inquiet mais combatif »

Romain Nadal, le porte-parole du Quai d’Orsay a explique que :

Notre ambassade a eu Serge au téléphone à 8H du matin heure indonésienne (3H à Paris). Il est inquiet mais combatif. Nous allons intensifier notre mobilisation dans un cadre bilatéral, européen et multilatéral. Nous ne renonçons pas à obtenir la non exécution de Serge Atlaoui.

En visite à Bakou, ce samedi François Hollande a mis à nouveau en garde l'Indonésie contre des conséquences diplomatiques en cas d'exécution de Serge Atlaoui.

Serge Atlaoui, incarcéré depuis dix ans en Indonésie, affirme qu'il n'a fait qu'installer des machines industrielles dans ce qu'il croyait être une usine d'acrylique, et qui abritait en réalité une fabrique clandestine d'ecstasy.

Malgré les demandes, les menaces, les suppliques de la France, les autorités indonésiennes avaient annoncé jeudi soir que l’ordre avait été donné l'ordre de préparer les exécutions de dix condamnés à mort pour trafic de drogue, dont le Français Serge Atlaoui, mais contrairement aux autres représentations diplomatiques en Indonésie - d'Australie, du Brésil, des Philippines et du Nigeria -, l'ambassade de France à Jakarta n’av pas reçu ensuite de convocation pour se rendre à la prison de Nusakambangan, où sont incarcérés les neuf détenus étrangers, afin d'assister à des réunions pour évoquer la préparation des prochaines exécutions.

Les explications de Marie Dumière à Djakarta, invitée du journal de 13h

« C'est un sursis, ce n'est pas gagné »

Un rassemblement de soutien a réuni samedi après-midi à Paris une centaine de personnes à l'appel de plusieurs organisations de défense des droits de l'homme.

S'adressant à la foule par téléphone depuis Jakarta, l'épouse de Serge Atlaoui, Sabine, a fait part de son "émotion :

Après ces 48 heures d'enfer inimaginables, le combat n'est pas fini, il faut continuer

Un autre rassemblement est organisé à Metz, ville dont est originaire Serge Atlaoui, en pérsence de son frère André.

La peine de mort (ide)
La peine de mort (ide) © idé
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.