Dix soldats tués au Mali depuis le lancement de Serval
Dix soldats tués au Mali depuis le lancement de Serval © MaxPPP

Un soldat français des forces spéciales a été tué mercredi au Mali, le premier depuis la fin de l'intervention Serval en juillet, et deux autres blessés lors d'une opération destinée à freiner la résurgence des jihadistes dans le nord du pays.

Le sergent-chef des Commando parachutiste de l'air, Thomas Dupuy, basé à Orléans, du Commando parachutiste de l'air n°10 est tombé dans la nuit de mardi à mercredi. L’annonce a été faite hier soir par l’Elysée. La force française Barkhane menait une opération anti-terroriste dans le nord du pays...

Si la force Serval était restée plus longtemps, nous n’en serions pas là

Pour le général Vincent Desportes, ancien directeur du Collège interarmées de défense aujourd'hui professeur associé à Sciences Po Paris, ce drame était malheureusement prévisible : "Si la force Serval était restée plus longtemps, nous n’en serions pas là ", déplore-t-il au micro de Jérôme Cadet.

"Si la force Serval était restée plus longtemps, nous n’en serions pas là" - Général Desportes / Science Po

Le président François Hollande a exprimé "son profond respect pour le sacrifice de ce sous-officier des forces spéciales " et rappelé que les soldats français "contribuent avec courage et efficacité à consolider la souveraineté du Mali et à lutter contre le terrorisme ".

Une mission dans le massif du Tigharghar

Le sergent-chef, âgé de 32 ans et qui avait servi précédemment en Afghanistan, participait mardi à une mission dans le massif du Tigharghar, au nord du Mali, visant à "surprendre et frapper les groupes armés terroristes ". Les forces françaises se seraient, selon le ministère de la Défense, ont alors "rapprochées d'un campement terroriste abritant une trentaine d'individus ". "Des combats, particulièrement violents, se sont déroulés dans la nuit de mardi à mercredi ", touchant mortellement le soldat et en blessant deux autres.

Dix soldats tués au Mali depuis le lancement de Serval

Le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, avait annoncé vendredi à Bamako un renforcement du dispositif français dans le nord du Mali face à la "résurgence " de groupes jihadistes, trois mois après la fin de l'opération française Serval. Au total, dix soldats français ont été tués au Mali depuis le lancement de Serval en janvier 2013. Le dernier en date, un légionnaire, avait été tué le 14 juillet, victime d'un attentat suicide.

Les précisions de Vanessa Descouraux

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.