Jo Cox, députée travailliste, a été agressée par balles et à coups de couteaux à Birstall, où elle rencontrait ses administrés.

La députée de 41 ans a été blessée par balles et à coups de couteaux
La députée de 41 ans a été blessée par balles et à coups de couteaux © Reuters / Phil Noble

A huit jours du référendum (prévu le 23 juin) qui verra le pays se prononcer sur le maintien ou non du Royaume-Uni dans l’Union Européenne, l’agression sauvage de cette députée pro-UE marque un coup d’arrêt dans la campagne de chacun des camps qui s’affrontent sur la question du Brexit.

Ce jeudi à la mi-journée, Jo Cox, députée travailliste de 41 ans et mère de deux enfants, a été blessée mortellement par balles mais aussi atteinte de plusieurs coups de couteaux à proximité de la bibliothèque de Birstall, où l’élue tenait une permanence électorale. Selon un témoin cité par l’agence Press Associated, Jo Cox serait intervenue pour mettre fin à une dispute entre deux hommes, avant d’être touchée et de s’effrondrer dans une mare de sang. Les secours l’ont immédiatement transportée à l’hôpital de Leeds. La police quelques heures plus tard a annoncé son décès.

La police du Yorkshire a interpellé un homme de 52 ans. Selon un autre témoin cité par la chaîne Sky News, l’agresseur aurait crié " Britain First( "Priorité au Royaume-Uni") en s’en prenant à la députée. La police précise ne pas rechercher d'autre suspect que l'homme arrêté et parle d'un incident isolé.

La classe politique britannique sous le choc

Les réactions du monde politique ont aussitôt fusé, qui émanent d'élus bouleversés par le sort de cette députée connue pour son engagement caritatif et en faveur de la cause des femmes.

Le Premier ministre britannique David Cameron s’est dit "très inquiet", adressant "pensées et prières à Jo et à sa famille" . Arrivé ce jeudi a Gibraltar dans le cadre de la campagne autour du Brexit, il a fait savoir qu'il annulait sa participation au meeting prévu dans l'enclave britannique. Jeremy Corbyn, chef de file du camp travailliste, s’est lui déclaré " profondément choqué ".

Le camp des pro-UE a immédiatement suspendu sa campagne pour la journée, tout comme le chef de file du camp pro-Brexit et ex-maire de Londres Boris Johnson.

L'agression s'est produit à la mi-journée à Birstall
L'agression s'est produit à la mi-journée à Birstall © Radio France / Visactu

►►► Retrouvez les précisions de Franck Mathevon, notre correspondant à Londres, dans le journal de 19h de Sébastien Paour

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.