bangkok
bangkok © MaxPPP / RITCHIE B. TONGO

L'explosion d'une bombe a fait au moins 16 morts et près de 80 blessés, lundi en début de soirée à l'intérieur d'un sanctuaire dans le centre de Bangkok, d'après un premier bilan de la police. On ignore pour l'instant les circonstances exactes de l'explosion mais d'après les premiers éléments de l'enquête, les auteurs visaient les "étrangers".

Peu après le drame, plusieurs corps démembrés étaient visibles sur les lieux de l'explosion à l'extérieur du sanctuaire d'Erawan, situé en plein cœur de la capitale thaïlandaise, au milieu d'immenses centres commerciaux et des gratte-ciels. De nombreuses forces de police et d'ambulances étaient présents sur les lieux après l'explosion de la bombe vers 19 heures heure locale (14H00 à Paris). L'explosion est survenue au moment où de nombreux touristes et fidèles se pressent dans ce sanctuaire à ciel ouvert.

bangkok explosion
bangkok explosion © Reuters / Athit Perawongmetha

"Il y aurait au moins dix morts et beaucoup de blessés. D'après nos premières constatations, il s'agirait d'une bombe déposée à l'intérieur du sanctuaire", a indiqué le chef de la police de Bangkok Chakthip Chijinda sur la chaine télévision Channel 9. "C'était une bombe de TNT (...), les gens qui ont fait ça visaient les étrangers pour porter atteinte au tourisme et à l'économie", a déclaré le ministre de la Défense, Prawit Wongsuwong. Alors qu'une moto piégée avait été évoquée, un des chefs de la police nationale a précisé que la bombe, composée d'un tuyau bourré d'explosif, avait été déposée à l'intérieur du temple.

La bombe a explosé dans un sanctuaire très fréquenté

Ce lieu est un sanctuaire très populaire dédié au dieu hindou Brahma, mais visité par des milliers de fidèles bouddhistes chaque jour. Il est situé sur l'une des plus grandes avenues du centre de Bangkok. Le temple d'Erawan est situé sur un carrefour qui, en 2010, a servi pendant des mois de point de rassemblement aux partisans

de l'ancien Premier ministre Thaksin Shinawatra. L'attentat n'a pas encore été revendiqué dans ce pays gouverné, depuis mai 2014 par la junte militaire.

Paul Dumont est chef d'entreprise installé à Bangkok. Lui même était sur place une heure avant l'explosion.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.