Plus de deux ans après les faits, une femme menottée entièrement nue chez elle à Chicago par la police qui s'était trompée d'adresse, n'a obtenu ni indemnisation ni excuses. Elle dénonce l'inaction de la maire, Lori Lighfoot, pourtant élue grâce à son militantisme pour les droits civiques et l'égalité femmes-hommes.

Anjanette Young a été menottée, malmenée par la police chez elle alors qu'elle était nue. Les policiers s'étaient trompés d'adresse.
Anjanette Young a été menottée, malmenée par la police chez elle alors qu'elle était nue. Les policiers s'étaient trompés d'adresse. © Capture d'écran

Une femme, victime de violences policières et humiliation il y a deux ans dénonce l'absence d'excuses, d'indemnisation mais aussi de réforme de la part de la ville de Chicago. La police est sous la responsabilité de la ville, dirigée par Lori Lightfoot, première femme afro-américaine et première personne ouvertement homosexuelle à devenir maire de la troisième ville américaine. Depuis, Chicago est d'ailleurs la plus grande ville du pays à être dirigée par une femme noire. Pourtant, le cas d'Anjanette Young a été "mis sous le tapis" par la municipalité.

Extrême violence et humiliation

La scène se passe à Chicago le 21 février 2019 : Anjanette Young, une travailleuse sociale, vient de rentrer chez elle à 19 heures. Alors qu'elle se change dans sa chambre, elle entend de violents coups portés à sa porte d'entrée, et des cris de policiers. La police casse finalement la porte et entre avec fracas, armée de fusils d'assaut, pointés vers elle. Elle est entièrement nue. 

J'ai cru qu'ils allaient me tirer dessus.

Anjanette Young est alors menottée, entièrement nue, dans son propre appartement, sans même savoir pourquoi. Elle comprend finalement que la police s'est trompée d'adresse. Elle raconte, en larmes, à CBS, six mois plus tard :

Ils me hurlaient dessus : 'On a un mandat !'

Anjanette Young se retrouve face à de nombreux policiers en tenue d'intervention. Elle les supplie de pouvoir s'habiller, leur disant à de multiples reprises qu'ils se sont trompés d'adresse. Les policiers interviennent en réalité à la suite d'un appel anonyme plutôt vague affirmant qu'un homme de 23 ans armé est retranché dans un appartement. Mais l'adresse indiquée se trouvait de l'autre coté de la rue de celui d'Anjanette Young. 

La scène, d'une extrême violence, se poursuit jusqu'à ce que les policiers autorisent Anjanette à passer un coup de téléphone. Elle appelle le pasteur de sa paroisse qui se rend aussitôt chez elle et constate son état de choc.

Pas d'excuses, une proposition d'indemnisation ridicule et une absence de réforme

Aujourd'hui, Anjanette Young et son avocat réclament une investigation sur la manière dont la ville (dont dépend la police) gère les dossiers de violences policières. Ils accusent la maire de Chicago, Lori Lightfoot, de n'avoir entamé aucune réforme de la police et notamment des perquisitions souvent violentes et parfois injustifiées, et de ne pas avoir traité le dossier d'Anjanette Young avec compassion. 

Je suis très déçue de voir que la ville continue à ignorer ce qu'il s'est passé, ce qui me contraint à revivre tout ça. À un moment, une résolution de cette affaire me permettrait de commencer à me reconstruire.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

La ville propose une somme dérisoire et menace même de rejeter l'affaire. Selon l'avocat d'Anjanette Young, il est incompréhensible que la ville ne s'empare pas une bonne fois pour toutes du dossier des violences policières en général et d'Anjanette Young en particulier.

Dans une ville où les enfants meurent dans la rue tous les jours, pourquoi jouons-nous à ce jeu-là ? 

Anjanette Young appelle Lori Lightfoot à traiter le dossier des perquisitions violentes. En février dernier, un texte imposant la présence chaque jour d'au moins une femme policière et d'au moins une femme au minimum lieutenant a été proposé. Anjanette Young estime que cela ne suffirait pas à éviter à l'avenir ce qui lui est arrivé.

Le raid policier, qui avait fait la une des médias nationaux et provoqué de nombreuses manifestations de soutien à la travailleuse sociale avait été enregistré par les caméras-piétons que portent les agents. Les images, diffusées pour la première fois par CBS. Le principal avocat de la municipalité a du démissionner après que la ville ait essayé d'empêcher la chaine locale de CBS de diffuser les images.