Manifestation de soutien au peuple palestinien à Lille le 13 juillet 2014
Manifestation de soutien au peuple palestinien à Lille le 13 juillet 2014 © MaxPPP / Christophe Lefebvre

La préfecture de police de Paris envisage d'interdire un rassemblement samedi. Elle craint des débordements après les affrontements du week-end dernier.

Comment éviter l'importation du conflit israélo-palestinien en France ? C'est la question que se pose la préfecture de police de Paris. La PP vient d'engager une procédure pour interdire une manifestation de soutien à Gaza prévue samedi 19 juillet à Paris. La préfecture de police justifie sa décision par les "risques graves de trouble à l'ordre public qu'engendrerait cette manifestation dans un contexte de tension accrue".

Mêmes organisateurs, mêmes effets ?

Les autorités craignent de nouveaux incidents après ceux survenus dimanche dernier pendant la manifestation entre le quartier de Barbès et la place de la Bastille. Entre 7.000 et 30.000 personnes (selon que l'on soit de la police ou de l'organisation) avaient défilé. Des échauffourées avaient éclaté à proximité de deux synagogues entre les manifestants et des membres de la Ligue de défense juive, un groupe radical. Huit personnes avaient été interpellées. Les organisateurs de la marche prévue samedi sont les mêmes que ceux qui avaient appelé au rassemblement dimanche dernier : le Nouveau parti anti-capitaliste (NPA) et une dizaine d'associations et collectifs.

Après ces incidents, le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve avait évoqué des "débordements intolérables" et avait demandé aux préfets de "redoubler de vigilance" quitte à interdire si besoin des manifestations là où des risques avérés de trouble à l'ordre public étaient établis.

►►►POUR ALLER PLUS LOIN |Des missiles israéliens tuent quatre enfants à Gaza

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.