Trois ans après l'enlèvement de quatre Français à Arlit en Mauritanie, Al Qaïda au Maghreb islamique transmet à l'agence de presse mauritanienne Ani une vidéo tournée en juin dernier. Selon le Quai d'Orsay, elle apparaît "crédible".

A ECOUTER : > Que contient cette vidéo ? Les précisions d'Estelle Schmidt

A Lire : > Qui sont les otages français au Sahel ?

Le ministère français des Affaires étrangères déclare dans un communiqué :

En première analyse, cette vidéo [..] apparaît crédible et constituer une nouvelle preuve de vie des quatre otages français enlevés à Arlit le 16 septembre 2010. Nous sommes en contact avec les familles de nos compatriotes qui ont été reçues ce matin au ministère des affaires étrangères. Le ministre des affaires étrangères (Laurent Fabius) les rencontrera mercredi. Tous les services de l'Etat sont mobilisés pour permettre leur libération et leur retour auprès de leurs proches.

Ani dit avoir reçu un enregistrement vidéo, à une date non précisée, "à l'occasion de l'anniversaire des trois ans d'enlèvement et de détention de ces otages". Selon l'agence de presse mauritanienne :

Les Français Pierre Legrand, Thierry Dol, Marc Féret et Daniel Larribe, le Néerlandais Sjaak Rijke, le Suédois Johan Gustafsson et Stephan Malcolm, à la double nationalité britannique et sud-africaine, visiblement en bonne santé, barbes soignées, drapés dans des caftans touaregs, exhortent leur peuple et leur gouvernement respectif à négocier leur libération.

Extrait de la vidéo d'Aqmi
Extrait de la vidéo d'Aqmi © Ani / Ani

Dans cette vidéo, ajoute l'agence, les otages français précisent qu'ils s'expriment à la date du 27 juin 2013. Dimanche soir sur TF1, le président français François Hollande a déclaré avoir des "preuves de vie" des otages français enlevés le 16 septembre à Arlit, au Niger.

Trois ans après cet enlèvement, des proches des captifs ont organisé une marche symbolique dans la nuit de dimanche à lundi à Paris et en région parisienne.

Alain Le grand, le père de Pierre Legrand reçoit cette preuve de vie avec optimisme.

Je suis content. Pour moi, ça veut dire que les ravisseurs cherchent à prendre contact. A chaque fois que nous faisons quelquechose, ils répondent.

Les otages français au Sahel
Les otages français au Sahel © Radio France
Mots-clés :
Articles liés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.