boko haram
boko haram © Radio France / Capture d'écran Facebook

Le groupe islamique Boko Haram a envoyé une "preuve de vie" deux ans après l'enlèvement à Chibok (nord-est du Nigeria) de 276 lycéennes. La vidéo montre une quinzaine de jeunes filles recouvertes d'un hijab noir, qui donnent leur nom et assurent avoir été enlevées à Chibok.

Une vidéo déja ancienne

Les 15 adolescentes ont été identifiées. Il s'agit de la première vidéo, depuis celle de mai 2014. Elles précisent la date de l'enregistrement : le 25 décembre . La video a été diffusée sur la chaine américaine d'information CNN :

Selon l'AFP, des membres de Boko Haram auraient pris contact mi-janvier avec le gouvernement, réclamant des discussions sur un possible échange de prisonniers. Le gouvernement ayant demandé une "preuve de vie", il aurait d'abord reçu cinq photos de certaines otages, puis cette vidéo.

Un enlèvement de masse

Dans la nuit du 14 au 15 avril 2014 , des hommes armés de Boko Haram avaient fait irruption dans les dortoirs du lycée et enlevé 276 jeunes filles. 57 d'entre elles sont parvenues à s'enfuir peu après l'enlèvement.La ville du Nord Est du Nigeria est devenue un symbole du conflit qui déchire plusieurs régions défavorisées du nord du Nigeria depuis 2009. Cette guerre a déjà fait 20.000 morts depuis 2009 .

Un hashtag puis plus rien...

Michele Obama a publié sur Twitter il y a deux ans une photo d'elle une pancarte dans les mains, suivie de trois autres tweets :

Les premiers tweets de Michele Obama
Les premiers tweets de Michele Obama © Twitter

Ce tweet a permis de lancer une campagne (qui avait débuté avant Michele Obama) de soutien aux jeunes filles kidnappées, #BringBackOurGirls

De nombreuses stars de Hollywood, des personnalités politiques se sont ralliées au mouvement. Mais deux ans après, les critiques apparaissent. Car les jeunes filles sont toujours retenues et les actions pour tenter de les libérer sont inexistantes.

Je pense que le gouvernement nigerian de Muhammadu Buhari a fait un gros effort dans cette affaire (pour retrouver les jeunes filles). Mais Chibok est arrivé après des centaines d'autres enlèvements, d'où la difficulté, selon Christian Seignobos, spécialiste de la région du Lac Tchad, sur France Inter

Prières et manifestations dans tout le Nigeria

Ce triste anniversaire sera commémoré à travers tout le pays ce jeudi. Les parents des 219 jeunes filles toujours manquantes vont participer à des prières devant le lycée de Chibok.

A Lagos, la capitale économique du Nigeria, des veillées de prière se sont tenues mercredi soir, où les photos et les noms des otages sont affichés depuis deux ans .

Nous voulons montrer aux familles qu'elles ne sont pas seules. Nous partageons leur douleur et nous serons à leurs côtés jusqu'au retour de leurs filles", ont déclaré les organisateurs à l'AFP.

Une arme de guerre : le kidnapping

Selon les ONG, plusieurs milliers de femmes et de jeunes filles ont été enlevées depuis le début du conflit. Boko Haram en fait des esclaves sexuelles ou des bombes humaines , tandis que les garçons et les hommes sont enrôlés de force pour combattre par les rebelles qui veulent instaurer un Etat islamique dans le nord-est du Nigeria.

Selon l'UNICEF, le nombre d'enfants enlevés et impliqués dans des attentats suicides est en nette augmentation, et que trois quarts d'entre eux étaient des filles entre janvier 2014 et février 2016.

"Quant aux otages libérés, ils sont pris en charge de manière trop confuse et restent pour la plupart très fragiles psychologiquement, socialement et culturellement", concluent-ils.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.