voyage hautement politique du pape françois au proche-orient
voyage hautement politique du pape françois au proche-orient © reuters

Le pape François espère que la prière qu'il doit partager dimanche avec le président israélien Shimon Peres et son homologue palestinien Mahmoud Abbas au Vatican pourra aider à mettre fin aux "interminables négociations" et conduire à la paix au Proche-Orient.

Le souverain pontife avait surpris tous les observateurs lors de son voyage en Terre sainte, fin mai, quand à l'issue d'une messe à Bethléem il avait invité Shimon Peres et Mahmoud Abbas à Rome pour se joindre à lui dans une prière oecuménique.

La paix ne se fait pas seulement dans les salons de la politiques : le reportage d'Anaïs Feuga

Le père Pierbattista Pizzaballa, chargé de l'organisation explique :

C'est un moment pour demander à Dieu le cadeau de la paix. Il s'agit d'une pause dans la politique. C'est aussi une invitation pour les politiques à faire une pause et à se tourner vers les cieux. Toute le monde veut que quelque chose passe, qu'un changement se produise. Tout le monde est fatigué des interminables négociations.

Shimon Peres et Mahmoud Abbas vont passer environ deux heures dans les jardins du Vatican suivant un protocole prévoyant des moments de méditation et de prière réunissant des membres des trois grandes religions monothéistes. François, Peres et Abbas liront chacun à leur tour des invocations à la paix, se serreront la main et planteront un olivier dans les jardins du Saint-Siège.

►►► A RETROUVER |La visite du pape François au Proche-Orient

Le patriarche Bartholomée, chef spirituel de l'Eglise orthodoxe, participera à cette cérémonie. L'invitation lancée par François est le geste politique le plus spectaculaire depuis son élection en mars 2013. Le Vatican a toutefois précisé que le Saint-Père n'entendait pas par cette initiative s'immiscer directement dans le processus de paix au Proche-Orient.

Selon le père Pizzaballa :

Le pape ne va pas s'impliquer dans les questions politiques du conflit israélo-palestinien dont nous connaissons les moindres détails. Le pape ne s'impliquera jamais dans les questions de frontières ou de colonies de peuplement mais son intention est de contribuer à créer une atmosphère sociale et religieuse dans laquelle la paix peut se produire. Personne n'imagine que la paix va surgir lundi. Le but de cette initiative est de rouvrir la voie fermée depuis quelques temps, de récréer un désir, une possibilité, de faire rêver les peuples.

Cette rencontre entre les deux dirigeants intervient un peu plus d'un mois après un nouvel échec des efforts déployés par le secrétaire d'Etat américain John Kerry pour tenter d'amener Israéliens et Palestiniens à s'engager sur la voie d'un accord.

"Il y aura un appel à la paix" le déroulé avec Anaïs Feuga

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu ne sera pas présent lors de cette rencontre. Le président Peres, âgé de 90 ans, quittera ses fonctions en juillet.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.