350 millions d'armes circuleraient aux Etats-Unis. Le drame de Las Vegas relance le débat sur une modification de la loi sur le port d'armes, sujet le plus sensible dans le pays.

Etats-Unis : les salons de la NRA font salle comble chaque année
Etats-Unis : les salons de la NRA font salle comble chaque année © Reuters / John Sommers II

Les pro-armes, à commencer par la puissante NRA, la National Rifle Association, brandissent le Deuxième amendement de la Constitution pour leur droit à posséder une arme. Ce 2ème amendement, adopté en 1791, après l'adoption de la Constitution, fait partie de la déclaration des droits.

Or, entre la tuerie d'Orlando en juin 2016, où 49 personnes ont été tuées, et celle de ce dimanche à Las Vegas, 477 jours se sont écoulés. Durant ces 477 jours, 521 tueries de masse ont eu lieu, c'est-à-dire 521 massacres ayant fait au moins quatre victimes. Mais le droit pour les Américains de porter une arme a peu de chances d'être remis en question, pour trois raisons en particulier.

1/ Trump a été élu grâce au lobby des armes

Donald Trump s'est gardé d'évoquer la loi sur les armes à feu lors de sa réaction lundi sur Twitter après le drame de Las Vegas :

Puis le président américain s'est de nouveau exprimé mardi avant son départ pour Porto Rico. Et là, il a carrément balayé le sujet d'un revers de main :

L'auteur de la pire fusillade était un malade, un fou. Nous parlerons de la législation sur les armes en temps voulu.

Récemment, Donald Trump a encouragé les électeurs pro-armes à voter pour son poulain dans une élection locale d'Alabama : "parce que la NRA le soutient fermement".

Il faut dire que la NRA est un grand contributeur de sa campagne en 2016.

Le lobby des armes a considérablement soutenu Donald Trump en 2016
Le lobby des armes a considérablement soutenu Donald Trump en 2016 © AFP / Vincent LEFAI, Kun TIAN, Christopher HUFFAKER / AFP

Pour marquer ses 100 premiers jours au pouvoir, Trump s'était exprimé à la tribune du congrés de la NRA, promettant de toujours être loyal envers ceux qui l'ont fait élire :

Je n'enfreindrai jamais le droit du peuple à porter une arme.

Tout est dit !

2/ La majorité des élus républicains ont reçu de l'argent du lobby

Même si Trump voulait revenir dessus, ce qu'il ne fera pas, le Congrés ne le suivra pas.

Sur Twitter, les anti-armes à feu postent des listes d'élus (en grande majorité républicains) ayant perçu de l'argent de la NRA pour leurs campagnes électorales.

Des élus démocrates ont aussi été soutenus par la NRA :

3/ L'opinion publique reste favorable au port d'armes

De nombreuses personnalités se sont exprimées pour un meilleur contrôle des armes, après la tuerie de l'école de Sandy Hook en 2012, puis celle de Las Vegas dimanche. Ces personnalités ont accès aux médias et leur voix est diffusée dans tout le pays. mais elles ne représentent pas la majorité des Américains. Les Républicains dans leur majorité sont toujours opposés à un contrôle des armes à feu, mais aussi de nombreux électeurs démocrates. Le Second amendement de la Constitution reste pour eux un marqueur symbolique de l'Histoire de leur pays.

Les sondages sur les armes sont bien plus nuancés qu'ils en ont l'air. Les démocrates disent que 8 Américains sur 10 (voire 9 sur 10) sont pour une vérification plus poussée du casier judiciaire pour tout acheteur d'arme à feu. C'est vrai, mais les Républicains ne pensent pas qu'une législation est la réponse aux tueries de masse.

Le Washington Post rappelle ainsi qu'en 2016, une université a fait un sondage demandant aux personnes interrogées si elles étaient pour l'interdiction des armes d'assaut comme les semi-automatiques. Six Américains sur dix (59 %) ont répondu oui. Chez les républicains, ils étaient même quatre sur dix. Mais quand il a été question de savoir si oui ou non une telle interdiction réduirait la violence par arme à feu, l'écart s'est creusé et le oui et le non étaient à égalité (49%-47%). Et chez les républicains, les résultats étaient encore plus parlants : 24 % ont répondu "oui" alors que 70 % ont répondu "non".

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.