crash d'un F-16 grec à Albacete
crash d'un F-16 grec à Albacete © Reuters

C’est bien une panne à bord du F-16 grec, juste après le décollage, qui a causé la mort de neuf soldats français et deux grecs, lundi, sur la base aérienne espagnole d’Albacete. La confirmation est venue du général Denis Mercier, chef d’état-major de l’armée de l’air française, qui décrit un scénario d'"horreur " .

C'est un accident absolument improbable d'un avion qui a une panne au décollage, qui dévie très fortement de sa course et qui vient tomber juste à l'endroit où nous avions des avions qui étaient en train de se mettre en route, donc pleins de pétrole pour partir.

Le haut gradé évoque « une succession de malchances ». Il précise que l’équipage du F16 grec en détresse a tenté de s’éjecter, quelques secondes après le décollage, preuve selon lui qu’ils avaient détecté l’avarie, mais trop tard. Le général Mercier exclut au passage tout problème dans l’organisation et la sécurité de ces exercices militaires de grande ampleur qui se déroulaient à Albacete, pour le compte de l’OTAN.

L'image qui vient en tête c'est le film Pearl Harbor : au sol tout le monde vaque à ses occupations, tout est calme, chacun à sa place, au bon endroit, et d'un seul coup, c'est l'horreur.

Le récit du général Mercier s’appuie sur les témoignages des militaires qui ont assisté au drame. Il raconte le sang-froid des soldats, notamment ce pilote qui a eu les mains brûlées après avoir sauvé un mécanicien, coincé sous son avion.Il fait partie des neuf français blessés dans le crash, dont cinq l'ont été grièvement.

Un hommage national rendu mardi aux Invalides

Les corps des 9 soldats français morts à Albacete sont rapatriés ce jeudi vers la France. L’Elysée annonçait un peu plus tôt qu’un hommage national leur sera rendu par François Hillande, mardi au cours d’une cérémonie aux Invalides.

La veille, hommage militaire en présence du ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian, sur la base aérienne 133 de Nancy-Ochey , en Meurthe-et-Moselle. C'est là qu'étaient basés la plupart des militaires décédés à Albacete.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.