Au moins 16 morts dans une école de l'ONU à Gaza, le 30 juillet
Au moins 16 morts dans une école de l'ONU à Gaza, le 30 juillet © MaxPPP / OLIVER WEIKEN

L'armée israélienne a annoncé mercredi une trêve humanitaire unilatérale de quatre heures, entrée en vigueur à 15h, et limitée à certains secteurs de la bande de Gaza. Ce cessez-le-feu intervient alors que des chars israéliens ont tué au moins 15 Palestiniens qui s'étaient réfugiés dans une école gérée par l'Onu.

Ce bombardement s'est produit dans une école de l'UNRWA, agence des Nations Unies pour les réfugiés palestiniens dans le camp de Jabaliya. Deux salles de classes ont été touchées par des obus de chars israéliens, ce qui a causé ce nombre important de victimes.

Le reportage de Mathilde Lemaire à Gaza

Des civils palestiniens se sont réfugiés en masse dans ces écoles de l'ONU, notamment à Jabaliya, après avoir été avertis par l'armée israélienne que le secteur subirait des bombardements massifs. A cause des combats, plus de 200 000 habitants du territoire palestinien vivent dans des conditions très précaires dans les 82 écoles gérées par l'UNRWA. L'Agence de l'ONU pour l'Aide aux réfugiés a réagi en accusant l'armée israélienne de "grave violation du droit international". Elle a par ailleurs appelé dans un communiqué la communauté internationale à agir rapidement "pour mettre un terme immédiat au carnage en cours".

„„„►►► POUR EN SAVOIR PLUS | Seize morts palestiniens à Gaza dans une école de l'ONU

Un cessez-le feu limité à certaines parties de la bande de Gaza

Malgré la trêve annoncée par l'Israël entre 15h00 à 19h00, les secours palestiniens ont annoncé mercredi après-midi que quinze personnes ont été tuées et 150 autres blessées lors d'une frappe israélienne sur un marché de Chajaya, une banlieue de l'est de la ville de Gaza. Parmi les victimes figure Rami Rayan, un journaliste palestinien. Il portait pourtant un gilet pare-balles et un caque. L'armée avait prévenu que cette trêve ne s'appliquerait pas aux zones où ses soldats "sont actuellement engagés dans des opérations".

Les habitants qui fuient les bombardements ne savent plus où se réfugier

Mathilde Lemaire est à Gaza

Trois soldats israéliens on été tués mercredi à Gaza.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.