Ce mercredi, place au troisième et dernier débat Trump/Clinton, à Las Vegas. En cette fin de campagne présidentielle, quel bilan Barack Obama laisse-t-il après huit ans de mandat ?

#USA 2016 : Barack Obama laisse un bilan mitigé en matière de politique étrangère
#USA 2016 : Barack Obama laisse un bilan mitigé en matière de politique étrangère © Reuters / Kevin Lamarque

Une nouvelle Amérique, moins impérialiste, et porteuse d'ouverture. Barack Obama a exprimé cette vision quelques mois après son investiture, lors de son discours au Caire en Egypte, discours qualifié d'historique et porteur d'immenses espoirs. Il lui a valu quelques mois plus tard le prix Nobel de la Paix.

►►►VIDEO : Barack Obama s'adresse aux musulmans au Caire en 2009 (en anglais).

Entre abandon du processus de paix israélo-palestinien, mort d'Oussama Ben Laden, retrouvailles avec Cuba, le bilan de ces deux mandats oscille entre désengagements, échecs et succès.

Au Caire en 2009, Barak Obama provoque l'enthousiasme en tournant la page des années Bush. Il parle de main tendue au monde arabo-musulman, de désarmement nucléaire, de "on efface tout et on repart à zéro avec la Russie".

Pourtant, huit ans plus tard, le monde selon Obama est loin d'être aussi idyllique. Le désengagement promis en Afghanistan et en Irak a mené à tout sauf à la paix. L'impossible fermeture du centre de détention de Guantanamo, bloquée par le Congrès, nourrit toujours la colère du Proche-Orient (un grand nombre de prisonniers en sont issus). La reculade sur la ligne rouge de l'utilisation des armes chimiques en Syrie a décrédibilisé toutes les initiatives pour mettre fin au conflit. Entre Moscou et Washington, on semble revenu au temps de la guerre froide. Le processus de paix israélo-palestinien est dans l'impasse. Et il faut désormais compter avec le groupe État islamique.

Les États-Unis selon Obama n'ont plus vocation à être les gendarmes du monde. Ils n'interviennent militairement que lorsque leurs intérêts sont directement menacés. Plus de troupes au sol, moins de cercueils de retour au pays, mais des guerres de drones, à distance, déshumanisées. Barak Obama a surtout cherché à réinventer l'Amérique dans le monde, en amorçant un virage vers l'Asie, en prenant de la distance avec les États du Golfe et en posant les jalons d'une nouvelle ère avec Cuba et avec l'Iran.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.