Le shutdown américain a commencé
Le shutdown américain a commencé ©

Le Congrès a échoué à voter un budget avant l'heure limite et depuis 6h00 (heure de Paris) les agences fédérales américaines ont dû fermer leurs portes sur ordre du Bureau de la gestion et du budget (OMB), faute de loi autorisant leur financement pour l'exercice fiscal débutant le 1er octobre.

C'est la première fois depuis l'hiver 1995-96 qu'intervient une telle fermeture des services fédéraux.

Plus de 800.000 fonctionnaires fédéraux jugés non essentiels, sur un total de plus de deux millions, vont se retrouver en congés forcés sans soldes dès mardi matin. Les effectifs des administrations se retrouveront réduits au minimum vital, certaines agences se retrouvant avec à peine 5% de leurs effectifs.

Barack Obama dénonce une attaque des Républicains. À Washington, Frédéric Carbonne.

Les militaires et services essentiels à la sécurité nationale sont épargnés. Les deux chambres du Congrès ont chacune approuvé un texte qui garantit que les militaires seront payés à temps, sans retard, quoiqu'il arrive, et que le président Barack Obama a promulgué tard lundi soir.

Démocrates et Républicains se renvoient la balle

Les républicains de la Chambre des représentants ont à nouveau présenté, durant la nuit, un texte de financement de l'Etat fédéral qui empêcherait la loi sur la santé de Barack Obama de rentrer en vigueur.

Les 54 sénateurs démocrates se sont alors logiquement opposés au texte, qui constituait la troisième tentative des républicains de mettre en échec la principale réforme du Président américain.

La faction d'un parti n'accepte toujours pas le résultat des élections

Constance Bordes est la représentante du Parti Démocrate en France, elle était l'invitée du journal de 13h de Claire Servajean.

Barack Obama a mis en garde contre les conséquences d'une paralysie de l'Etat fédéral. Pour le Président, certains Républicains envoient le pays dans le mur parce qu’ils n’accepent toujours pas le résultats de l’élection présidentielle.

Barack Obama

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.