Trump remporte l'Indiana, Cruz jette l'éponge
Trump remporte l'Indiana, Cruz jette l'éponge © Reuters

Donald Trump a quasiment le champ libre jusqu'à la convention nationale du Parti Républicain à Cleveland dans l'Ohio en juillet. Le candidat sans étiquette a remporté une nouvelle victoire mardi dans l'Indiana, et son dernier adversaire, Ted Cruz, a annoncé dans la foulée qu'il jetait l'éponge.

Le phénomène Trump est en train de faire mentir tous les analystes qui, à l'annonce de sa candidature dans la course à l'investiture en juin 2015, ne donnaient pas cher de sa peau.

Vers une convention non contestée

Aujourd'hui, non seulement il reste le seul en lice coté républicain, mais au vu de ses multiples victoires, le parti s'achemine versune convention non contestée . Il y a un mois encore, les observateurs pensaient s'acheminer vers une "convention contestée", c'est-à-dire où un candidat qui a obtenu un nombre insuffisant de délégués lors des primaires peut être contesté par les membres de la convention. Or, Donald Trump a de fortes chances d'obtenir les délégués nécessaires. Au lendemain de cette primaire de l'Indiana, Trump compte 1 007 délégués, sur les 1 237 nécessaires pour avoir l'investiture du parti.

### Un parti républicain au bord de l'implosion Sur Twitter, le président du parti républicain, Reince Priebus, s'est résigné à appeler à l'unité autour de Donald Trump. Selon lui, il y a de fortes présomptions que ce soit leur "candidat". > Ted Cruz a appelé à l'unité en annonçant son retrait de l'élection, mais il n'a même pas cité le nom de Trump après la victoire mardi soir dans l'Indiana. C'est dire l'ambiance qu'il y a au sein du parti Républicain! constate l'universitaire spécialiste des Etats-Unis François Durpaire sur France Inter ### Un programme fourre-tout plutôt flou Le programme de Trump propose plus de protectionnisme, mais se présente comme étant plus ouvert sur les questions de société par rapport à Ted Cruz, très conservateur, "ce qui ressemble aux partis ultra nationalistes en Europe", selon François Durpaire. ### Une bonne affaire pour Hillary Clinton? > Pour l'instant, les sondages donnent une moyenne de six points supplémentaires à Hillary Clinton si elle fait face à Donald Trump lors de l'élection en novembre. Mais cette élection, c'est un corps vivant, il peut se passer des choses, et aux Etats Unis, 43% des électeurs sont indépendants. Ils rejettent Trump ET Clinton. L'élection reste donc ouverte, tant les surprises peuvent être multiples, selon François Durpaire, spécialiste des Etats-Unis.
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.