C'est confirmé, le vote latino aura une influence majeure dans le scrutin qui se joue mardi. Mais jusqu'à quel point, et en faveur de quel candidat ?

Donald Trump et le président mexicain Pena Nieto
Donald Trump et le président mexicain Pena Nieto © Reuters / Henry Romero

Et si à la veille du scrutin on en revenait à l’origine de la campagne ? Et si, finalement, c’était les propos de Donald Trump sur les Mexicains violeurs, trafiquants de drogue, et criminels qui faisaient basculer le scrutin ? Le signe le plus tangible du vote anticipé, par ailleurs massif, c’est la mobilisation importante de l’électorat hispanique, deux fois plus qu’en 2012 en Floride et des files d’attente impressionnantes dans le Nevada, l’État le plus latino, où un tiers des électeurs sont originaires d’Amerique Latine. Le candidat vice-président démocrate Tim Kaine fait désormais des meetings bilingues, en anglais et en espagnol, et Hillary Clinton en Floride a esquissé quelques pas de danse dans une fête latino.

Les démocrates ne sont pas les seuls bénéficiaires de ce vote hispanique, mais dans les enquêtes d’opinion Hillary Clinton fait mieux que Barack Obama dans cet électorat (plus de 80% des voix) et cela permet de compenser un déficit chez les afro-américains. Le directeur de la campagne démocrate parle d’abord des latinos quand il définit ce qu’il appelle la coalition Clinton. Ce n’est pas un hasard si Alicia Machado, l’ancienne Miss Monde originaire du Vénézuela et insultée par Donald Trump, est devenue un emblème de cette campagne Clinton.

USA 2016 : le vote des hispaniques aux Etats Unis fera la différence
USA 2016 : le vote des hispaniques aux Etats Unis fera la différence © AFP / AFP

Les républicains ne peuvent pas dire qu’ils n’avaient pas été prévenus de ce danger. En 2012, après la défaite de Mitt Romney, le bréviaire officiel du parti (pour éviter de recommencer les mêmes erreurs) recommandait justement de cibler le vote latino. Le dernier président républicain, Georges W Bush, faisait presque jeu égal avec son adversaire démocrate dans cette communauté. Sinon, était-il écrit dans ce rapport, la Maison Blanche pourrait rester démocrate pendant les 20 prochaines années. On saura demain si sur ce point, comme sur tant d’autres, Donald Trump dément tous les principes des républicains.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.