Où Donald Trump profite de l'inauguration d'un de ses hôtels pour rappeler que l'avenir appartient à ceux qui rêvent.

Donald Trump à l'inauguration de son hôtel à Washington
Donald Trump à l'inauguration de son hôtel à Washington © AFP / CHIP SOMODEVILLA / GETTY IMAGES NORTH AMERICA

L’éclat des six lustres en cristal de la grande salle de l’hotel Trump de Washington se reflète sur l’objectif des dizaines de caméras venus immortaliser l’évènement people de la journée. Ce n’est pas le bal des débutantes même si en ce milieu de matinée, Ivanka et Mélania Trump arrivent vétues d’une longue robe de soirée ; si tout le monde est là, c’est pour voir couper le ruban rouge symbolisant l’inauguration du nouveau joyau de l’empire Trump.

La 2e meilleure affaire du quartier

Pas question pour le candidat de ne pas être lui-même présent : "Hillary Clinton, dit-il, a bien interrompu sa campagne pour aller au concert d’Adèle, j’ai donc le droit de prendre un peu de temps pour féliciter tous ceux qui ont permis cette réalisation". Donald Trump avait déjà fait plusieurs détours par ce bâtiment, l’ancienne poste fédérale de Washington transformée en 5 étoiles : discrètement le jour de l’arrivée des premiers clients, plus bruyamment quand il avait dans ce même salon reconnu pour la première fois que, oui, Barack Obama était américain, mais hier, entouré de toute sa famille il s’agissait de célébrer ce que le candidat républicain baptise comme la 2ème meilleure affaire immobilière du quartier. On est en effet à deux pas de la Maison-Blanche.

Le nouvel hôtel Trump prend la place de l'ancienne poste fédérale de Washington
Le nouvel hôtel Trump prend la place de l'ancienne poste fédérale de Washington © Radio France / Frédéric Carbonne

Donald Trump n’évite bien sur pas les allusions politiques, sur ce coûteux batiment public négligé depuis des décennies ou sur les créations d’emplois et de richesse grâce à l’entreprise privée. Mais peut-être est-il avant tout là pour défendre la marque Trump ; tous les spécialistes de l’hotellerie le disent, depuis quelques mois, les réservations ne sont pas au plus haut dans les hôtels Trump.

Peu d'effervescence autour de l'hôtel

A Washington, même, les habitués du quartier ne remarquent pas une effervescence particulière autour de l’établissement, hormis peut-être les manifestations quotidiennes de mouvements anti-racistes ou de groupes appelant au boycott anti-Trump.

Des manifestants anti-Trump devant l'hôtel
Des manifestants anti-Trump devant l'hôtel © Radio France / Frédéric Carbonne

Hier encore, le bruit des cloches célébrant l’ouverture était parfois couvert par les slogans de la rue. Donald Trump profite donc de toutes les caméras pour se féliciter du travail bien fait, en avance dans les délais et avec un coût inférieur aux prévisions. Et le patron de la branche hôtellerie du groupe rassure les inquiets, les bénéfices ont été très corrects l’année dernière.

Invitation à l'optimisme

Dans ce symbole de sa réussite personnelle, le candidat Trump est souriant, détendu et il n’a pas le vocabulaire crépusculaire de ces meetings. C’est même une invitation à l’optimisme, rien n’est impossible dans ce pays explique le businessman qui invite tous les américains à rêver en grand avec lui. L’avenir d’ailleurs dit-il appartient aux rêveurs, pas aux cyniques et aux critiques.

Bien entendu, Donald Trump parle là de lui ; et l’on se demande si l’on doit y voir l’espérance du candidat qui y croit encore malgré des sondages en berne ou s’il n’y a pas dans ce propos une forme de testament de fin de campagne du novice en politique qui préférera toujours le monde du business.

Derniers articles


Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.