Depuis la semaine dernière, la candidate démocrate n'est plus apparue en meeting. Objectif : éviter la surenchère après les accusations d'agressions sexuelles par Donald Trump.

Hillary Clinton se prépare pour le deuxième débat présidentiel
Hillary Clinton se prépare pour le deuxième débat présidentiel © AFP / Brendan Smialowski

Bien sûr, comme avant chaque débat présidentiel, Hillary Clinton est dans une phase de retraite préparatoire, et la candidate démocrate n'a pas fait de meeting depuis le milieu de la semaine dernière. Mais son silence après les multiples témoignages de femmes disant avoir été sexuellement agressées par Donald Trump n'en est pas moins assourdissant, et le New York Times y voit la marque d'un réel embarras.

Hillary Clinton n'a en effet publié qu'un simple communiqué pour faire savoir qu'elle ne se réjouissait pas que son adversaire soit impliqué dans ce scandale. Et ce n'est pas parce que la cause des femmes ne la touche pas et ne l'inspire pas. Au contraire, ses deux discours les plus marquants sont de purs discours féministes : en 1995, à Pékin, quand celle qui, à l'époque Première Dame des Etats-Unis, vient affirmer dans un pays soumis à la censure que les droits de l'Homme ne sont rien sans les droits des Femmes et en 2008 quand elle concède la défaite face à Barack Obama mais se félicite qu'un plafond de verre à été sérieusement fissuré et que la perspective d'une femme à la Maison-Blanche est désormais crédible.

Eviter la campagne de caniveau

Si Hillary Clinton reste aussi discrète, c'est donc pour d'autres raisons. La première est volontaire, elle veut éviter la campagne de caniveau dans laquelle Donald Trump est plongée et qui risque de démobiliser encore plus des électeurs déjà pas enthousiastes. Et puis elle veut éviter la surenchère qu'elle sait inévitable avec son mari si elle s'empare de ce sujet. La campagne Trump a prévenu, ils veulent faire de Bill Clinton un autre Bill Cosby.

Alors Hillary Clinton, comme d'ailleurs lors du deuxième débat, n'en rajoute pas. Elle laisse à Michelle Obama le soin de prononcer le discours de fierté féminine qui restera comme un fait majeur de cette campagne, et elle ne s'affiche pas aux côtés de ces femmes qui subissent désormais les sarcasmes de Donald Trump en meeting.

Mercredi lors du dernier débat télévisé, le sujet sera incontournable, son entourage a prévenu qu'Hillary Clinton évidemment ne l'évitera pas, et dans le public au premier rang Bill Clinton se préparera à recevoir la riposte de Donald Trump.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.