Avec son discours sur la condition féminine, prononcé en réaction aux propos machistes de Donald Trump, Michelle Obama est devenu l'un des atouts majeurs d'Hillary Clinton.

Michelle Obama et son discours de soutien à Hillary Clinton, Manchester, New Hampshire, le 13 octobre 2016
Michelle Obama et son discours de soutien à Hillary Clinton, Manchester, New Hampshire, le 13 octobre 2016 © Maxppp / CJ GUNTHER/EPA/MaxPPP

Dans la campagne d’Hillary Clinton, Michelle Obama a pris une place à part, celle de la rock star qui électrise les foules et dont les interventions sont un mélange efficace de conviction personnelle forte et de sens politique acquis après 8 ans passées à la Maison Blanche.

Michelle Obama avait déjà prononcé le discours le plus applaudi de la convention de Philadelphie en parlant notamment son quotidien où elle se réveille chaque jour dans une maison construite par des esclaves et où ses filles, deux jeunes femmes noires, belles, et intelligentes jouent dans le jardin de la propriété.

L’histoire et la famille, l’énergie et l’optimisme, ce sont les moteurs de Michelle Obama et c’est encore elle qui, au terme de cette semaine de campagne de caniveau, a prononcé le discours le plus remarqué en réponse aux propos sexistes et machistes de Donald Trump. Sur les télévisions américaines, des commentateurs évoquaient les propos les plus puissants sur la cause des femmes depuis des années - peut-être pourrait-on ajouter depuis Hillary Clinton à Pékin en 1995 quand elle avait eu cette phrase : "Women's rights are human rights", il n’y a pas de droits humains sans droits des femmes.

Comme quoi le fait de ne pas être candidat à une fonction politique donne plus de liberté, plus de sincérité, et qui sait plus d’influence aussi. Michelle Obama jure qu’elle n’a pas l’intention de se lancer un jour dans la conquête du pouvoir. En attendant elle est bien à 100% engagée dans cette campagne, et son rôle déjà important va devenir encore plus essentiel dans les dernières semaines.

Parce que l’ultime carte de Donald Trump, c’est celle du dégout des électeurs face au spectacle de cette campagne, beaucoup de gens resteraient chez eux le 8 novembre, et ses supporters qui ne feront jamais défaut et qui normalement ne font pas une majorité, auraient un poids plus important. Face à cela, Hillary Clinton ne peut pas opposer un enthousiasme qu’elle n’a jamais vraiment réussi à déclencher, et elle est même directement impliquée dans cette forme de bataille de rue dont elle peine à s’extraire.

Michelle Obama devient du coup l’atout de l’espoir, la voix qui mobilise pour aller voter malgré tout et elle est aussi celle qui décrit avec le plus de passion la perspective d’une femme comme Hillary Clinton à la Maison-Blanche. "Nous devons nous relever du choc et de la dépression, a-t-elle lancé hier dans le New Hampshire, et faire comme toutes les femmes, nous retrousser les manches, faire notre travail et élire notre candidate".

En 1992, Bill Clinton promettait aux électeurs deux pour le prix d’un, en faisant rêver d’un couple prometteur à la Maison Blanche. Cette année, Hillary Clinton fait équipe avec une autre femme de président et elle fait d’ailleurs reprendre par la foule en meeting la phrase fétiche de Michelle Obama : "quand ils tombent bien bas, toi, prends soin de t’élever".

Derniers articles


Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.