En attendant le vote des Américains pour élire leur président, Frédéric Carbonne livre son billet de campagne quotidien. Ce lundi, retour sur la sortie marquante du deuxième débat.

Donald Trump a menacé Hillary Clinton de l'envoyer en prison
Donald Trump a menacé Hillary Clinton de l'envoyer en prison © AFP / Scott Olson

L'histoire retiendra que le 9 octobre 2016 un candidat à la présidentielle américaine à menacé son opposante de l'envoyer en prison s'il était élu. Comme dans une république bananière, comme dans la Russie de Vladimir Poutine. Ce fut un moment de stupéfaction dans un débat où le spectateur manquait parfois d'air face à l'avalanche d'accusations. Donald Trump a donc repris le mot d'ordre favori de ses meetings quand ses supporters crient Hillary en prison et qu'ils portent le tee-shirt qui promet un tel avenir à la candidate démocrate.

Lors du premier débat, le ton était tout autre. Donald Trump s'était même engagé solennellement à soutenir Hillary Clinton si elle remportait l'élection, autrement dit à se comporter en candidat normal. C'était il y a seulement deux semaines, mais c'était une autre époque, celle où il s'agissait de faire présidentiel. Aujourd'hui, tout cela est balayé, Donald Trump peut à nouveau se lâcher, et la petite phrase sort d'ailleurs spontanément, comme un cri du cœur, à la fin d'un long échange d'amabilités.

Dans son émission de télé-realité The Apprentice, Donald Trump ponctue chaque épisode d'un définitif "vous êtes virés" ; là il invente une sorte de "Moi président vous seriez en prison". Cela va réjouir ses partisans mais pour ceux qui le conseillent, le mot d'ordre est un peu brutal.

A la fin du débat, ils essayent donc d'alléger le propos. C'était une blague, d'ailleurs le public a ri, explique par exemple la directrice de campagne de Donald Trump. Une blague de plus visant une femme. Message bien enregistré par les électrices : à près de 70% selon une enquête d'opinion elle considèrent qu'Hillary Clinton a remporté le débat. Ça va faire beaucoup de monde à envoyer en prison !

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.