En attendant le 8 novembre et le vote des Américains pour élire leur président, Frédéric Carbonne livre son billet de campagne quotidien. Ce soir, 2e face à face Clinton-Trump.

Donald Trump
Donald Trump © Reuters / Mike Segar

Normalement, dans une campagne présidentielle américaine, le premier débat est considéré comme le plus important. Comme le résume un éditorialiste, on n’a jamais de seconde chance de faire une première impression. Pourtant les enjeux d’un tel rendez-vous n’ont sans doute jamais été aussi élevés que ce soir, pour le deuxième face à face de cette élection 2016.

Il ne s’agit pas seulement en effet de savoir qui va gagner, qui va savoir placer la formule que tout le monde retiendra, ou qui va avoir le ton le plus convaincant. Ce qui est en question c’est tout simplement l’avenir d’un candidat à un mois du scrutin.

Bien sûr, le peuple de Donald Trump, ses électeurs fidèles ne changeront pas d’avis mais ils ne feront pas une majorité le 8 novembre et pour le candidat républicain c’est la dernière occasion de changer son image auprès des indécis, qui sont d’ailleurs de moins en moins nombreux. Sinon, le plafond de verre deviendra un plafond en béton armé et l’espoir d’élargir sa base électorale s’envolera.

Et puis surtout, si Donald Trump dérape, s’il n’est pas au niveau de son adversaire, si l’échange qui aura forcément lieu avec Hillary Clinton sur les femmes est à son désavantage, alors les couteaux vont sortir encore plus dans le camp républicain.

Trump comme un taureau dans une arène

Lors du premier débat, l’illusion d’un parti derrière son candidat était maintenue, tous les dirigeants ont utilisé la même phrase toute faite pour affirmer que Donald Trump s’en était bien sorti, et que le contraste entre l’homme du changement et la femme du passé avait été frappant.

Mais le temps de la bienveillance est terminé, et c’est un Donald Trump sous surveillance qui fera face à Hillary Clinton. Un élu républicain du congrès le dit clairement : "Mike Pence est un meilleur débatteur et il incarne nos valeurs morales". Voilà la petite musique qui pourrait se transformer en symphonie.

Il y a donc un côté taureau dans l’arène dans le spectacle de ce soir, comme lors du premier débat Hillary Clinton posera les banderilles pour déstabiliser son adversaire, mais la décision du coup de grâce reviendrait à ses amis politiques.

Ce 9 octobre Donald Trump est encore le candidat du parti républicain ; demain il sera peut-être candidat sans les républicains qui vont quitter une embarcation à la dérive.

Clinton versus Trump, avant le 2e débat
Clinton versus Trump, avant le 2e débat © Visactu / Visactu
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.