En attendant la présidentielle américaine du 8 novembre, notre correspondant Frédéric Carbonne livre son billet sur la campagne. A J-40, c'est Miss Univers qui fait le buzz.

USA2016 : Miss Univers s'est invitée dabns la campagne anti-Trump
USA2016 : Miss Univers s'est invitée dabns la campagne anti-Trump © Maxppp / J. Ruymen

Après le débat présidentiel, c’est la mobilisation générale dans le camp démocrate pour enfin enclencher une vraie dynamique derrière Hillary Clinton. Michelle Obama, Bernie Sanders, Chelsea Clinton, Joe Biden sur le terrain, Barack Obama à la radio et à la télévision, tout le monde est sur le pont mais l’alliée la plus précieuse du moment s’appelle Alicia Machado.

L’ancienne Miss Univers 1996 est en effet devenue le symbole des femmes dégradées par Donald Trump. Plutôt que de passer à autre chose, le candidat républicain n’a pas pu s’empêcher de s’en prendre à nouveau à cette reine de beauté d’origine vénézuélienne.

Elle a vraiment trop grossi! s’est plaint l’ancien propriétaire du show télévisé de miss Univers, cela posait un réel problème.

Avant d’être candidat à la présidentielle, il l’avait qualifiée de Miss Piggy! et Hillary Clinton a ressorti tout cela lors du premier débat face à Trump lundi soir.

Ce que risque Trump à présent c’est de voir fondre les voix d’électeurs, et surtout d'électrices. D'autant qu'Alicia Machado fait maintenant campagne pour Clinton, et affiche son passeport américain obtenu récemment.

Il y a bien sur les hispaniques. Alicia Machado est devenue en 24 heures le meilleur recruteur pour l’inscription sur les listes électorales.

Puis il y a le vote féminin et notamment une catégorie dont vous allez entendre beaucoup parler jusqu’au 8 novembre, les White Surburban College Educated Women. Traduction : les femmes blanches ayant fait des études supérieures et vivant en banlieue. Habituellement, elles votent majoritairement républicain mais elles ont décidément du mal avec Donald Trump et ses outrances. Elles sont depuis des mois une cible majeure pour les deux candidats. L’élection-parait-il-se jouera en partie dans cet électorat. Le New York Times est allé les rencontrer après le premier débat dans une ville de Pennsylvanie. L' une de ces femmes résume le drame :

Je voudrais vraiment apprécier Donald Trump mais je n’arrive pas à le respecter.

Bientôt le slogan, "nous sommes toutes des Alicia Machado" ! Hillary Clinton en a rêvé, Donald Trump est en train d’y arriver...

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.