Les Américains votent le 8 novembre. Notre correspondant à Washington nous livre son billet quotidien. Ce lundi, il est question de la meilleure phrase de cette campagne.

Le FBI ouvre une nouvelle enquête sur les courriels de la candidate démocrate.
Le FBI ouvre une nouvelle enquête sur les courriels de la candidate démocrate. © Maxppp / ERIK S. LESSER

Selon le journal New York Magazine, Paul Manafort aurait dit un jour à son candidat : "celui dont on parlera le plus perdra cette élection". Sous-entendu, compte tenu de l'impopularité des deux prétendants, il faut tout faire pour diriger les projecteurs sur l'autre.

C'est ce qu'Hillary Clinton est parvenue à effectuer pendant toute la période des débats télévisés avec la complicité active de Donald Trump qui n'aime rien tant que de parler de lui-même pour se défendre de toutes les accusations. Traduction dans les enquêtes d'opinion : en moyenne, Hillary Clinton a progressé de cinq points pendant cette période.

USA 2016 : l'affaire des emails d'Hillary Clinton
USA 2016 : l'affaire des emails d'Hillary Clinton © Visactu / Visactu

C'est donc ce qui change radicalement avec l'enquête ouverte sur ces nouveaux e-mails dont on ne sait rien du contenu mais le simple fait de reparler de cette affaire place Hillary Clinton au centre de la discussion sur le pire thème pour elle : celui du goût du secret et du soupçon de malhonnêteté.

Voilà que les derniers jours de campagne risquent de se transformer en référendum anti-Hillary Clinton, avec des électeurs indécis qui basculent dans l'autre camp et des républicains qui oublient leur prévention vis à vis de Donald Trump et votent finalement à la dernière minute pour le candidat de leur parti. C'est le cauchemar de l'équipe d'Hillary Clinton qui rêverait sans doute que le scrutin ait lieu au plus vite, que le virus n'ait pas le temps de se diffuser et que la candidate démocrate tire les bénéfices d'un vote anticipé qui jusqu'à ce jour lui est favorable.

Finie en tout cas la relative tranquillité de la semaine dernière. L'équipe de campagne spéculait sur les noms des futurs membre de l'administration Clinton . Juste avant la révélation de l'enquête sur les e-mails Hillary Clinton, l'équipe venait d'annoncer un déplacement dans l'Arizona, Etat profondément Républicain mais peut être gagnable cette année. Il va falloir revoir tous les plans et revenir aux fondamentaux, labourer consciencieusement la Floride, l'Ohio et la Pennsylvanie et retourner au discours anti-Trump, finalement le seul vraiment efficace dans cette campagne.

Hillary Clinton peut compter sur ses supporters de luxe, Barack et Michelle Obama sur le terrain en permanence pendant sa dernière semaine, mais elle espère aussi un coup de pouce involontaire de la part de Donald Trump. Jusqu'à présent en effet, le candidat Républicain a souvent gâché les opportunités qui se présentaient. Par manque de discipline, par auto-centrisme aussi, il a souvent déplacé le débat sur des thèmes qui ne lui étaient pas favorables. Une sorte de jeu du" qui perd perd" qui va donc durer jusqu'au 8 novembre, où il faudra quand même bien un gagnant dans cette compétition entre deux candidats qui suscitent autant de rejet qu'au début de la campagne.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.