Lors du troisième et dernier débat avant l'élection, Donald Trump a refusé de s'engager à reconnaître le résultat du vote. Une position jugée "terrifiante" par Hillary Clinton.

Trump, qui dévisse dans les sondages, se réserve le droit d'accepter, ou non, le résultat de l'élection présidentielle
Trump, qui dévisse dans les sondages, se réserve le droit d'accepter, ou non, le résultat de l'élection présidentielle © AFP / Drew Angerer / GETTY IMAGES NORTH AMERICA

Débat de la dernière chance mercredi soir pour Donald Trump, qui dévisse dans les sondages, face à Hillary Clinton. Devant une audience médusée, cette troisième et dernière confrontation entre les deux candidats a été particulièrement violente, la démocrate qualifiant son adversaire "d'homme le plus dangereux à avoir jamais voulu devenir président" tandis que le républicain répliquait en la traitant de menteuse, à plusieurs reprises et en affirmant qu'Hillary Clinton est "une méchante femme".

Donald Trump a notamment stupéfait le public en rompant, de façon spectaculaire, avec la tradition démocratique américaine. Il a refusé de s'engager à accepter les résultats de l'élection présidentielle du 8 novembre, arguant depuis plusieurs jours de truquages à venir. Il a affirmé mercredi soir que "des millions de personnes" étaient inscrites à tort sur les listes électorales.

"Elle ne devrait pas être autorisée à être candidate, et juste à cause de ça je dis que c'est truqué", a-t-il ajouté, en évoquant l'affaire des emails de Mme Clinton, "et tellement d'autres choses".

Le colistier de Trump, Mike Pence, avait pourtant déclaré une heure avant le débat que le candidat républicain respecterait le verdict des urnes.

"C'est terrifiant", a immédiatement riposté Mme Clinton. "Il dénigre et rabaisse notre démocratie. Je suis atterrée que le candidat de l'un de nos deux grands partis adopte ce genre de position".

La "marionnette de Poutine"

Mme Clinton l'a de son côté violemment attaqué pour ses prises de position favorables au président russe Vladimir Poutine.

"Il est clair que vous n'admettrez pas que les Russes sont engagés dans des cyber-attaques contre les Etats-Unis. Que vous avez encouragé l'espionnage contre notre peuple", a-t-elle déclaré.

"Poutine n'a aucun respect pour cette personne", a déclaré Donald Trump en désignant Hillary Clinton. "C'est parce qu'il préférerait une marionnette comme président des Etats-Unis", a-t-elle répondu. "Vous êtes la marionnette", a encore riposté Donald Trump.

Ambiance glaciale

Pour ce dernier débat, l'ambiance a été particulièrement glaciale. Aucune poignée de main au début et à la fin du débat, ni pour les candidats, ni pour leurs époux. Après un début plutôt studieux, M. Trump et Mme Clinton se sont opposés sur tous les sujets, de la Cour suprême en passant les armes à feu, l'avortement, l'immigration, l'économie, la Russie, la politique étrangère, le commerce international, la retraite, les impôts...

Trump accuse Clinton d'être à l'origine des accusations d’agression sexuelle à son encontre

Donald Trump a aussi affirmé que les récentes accusations de femmes dénonçant ses attouchements ou baisers imposés avaient été "largement démenties" et a affirmé qu'il ne les connaissait pas. "Et je me doute bien comment elles sont apparues. C'est elle (Hillary Clinton) qui a incité ces gens à parler", mais "tout cela c'est de la fiction", a-t-il affirmé.

A la fin du débat, nombre d'experts étaient consternés par le refus de Donald Trump de s'engager à respecter le résultat de l'élection, estimant qu'il avait signé là son pire débat.

Hillary donnée gagnante

Cet échange de 90 minutes, modéré par le journaliste de Fox News Chris Wallace et regardé par des millions d'Américains, représentait sa dernière chance de convaincre les électeurs qu'il avait le tempérament pour être président. Donald Trump y était arrivé affaibli et sur la défensive, après avoir été accusé par la controverse sur son comportement avec les femmes.

Hillary Clinton avait déjà gagné les deux premiers débats. Même si elle reste très impopulaire, beaucoup d'Américains doutant notamment de son honnêteté, elle a depuis connu une remontée dans les sondages, désormais à 46,3% des intentions de vote contre 39% pour M. Trump, selon la moyenne des dernières enquêtes d'opinion. Elle est aussi confortablement en tête dans la plupart des Etats-clés où se jouera l'élection.

Un sondage à vif réalisé par la chaîne CNN la donnait gagnante de ce troisième débat à 52% contre 39% à son adversaire.

►►► DOSSIER SPÉCIAL #USA2016

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.