le venezuela aux urnes
le venezuela aux urnes © reuters

Les sept victimes tuées lors de manifestations c'est la faute de "l'opposition fasciste" selon Nicolas Maduro qui a annoncé qu'il n'allait "pas autoriser" un rassemblement de l'opposition prévu mercredi à Caracas devant le siège du Conseil électoral.

Lors d'une intervention retransmise obligatoirement par toutes les radios et les télévisions Nicolas Maduro a accusé son adversaire Henrique Capriles de tenter d'orchestrer un "coup d'Etat"

Les manifestations ont fait au moins sept morts et une soixantaine de blessés, selon les autorités, tandis que les partisans de l'opposition et du gouvernement poursuivent leurs rassemblements dans tout le pays.

Le Conseil national électoral a officiellement proclamé hier soir la victoire de Nicolas Maduro. Selon le conseil, Maduro l'a emporté avec 50,8% des suffrages, soit une avance de 265.000 voix, contre 49% à son adversaire, mais Henrique Capriles et ses partisans n'imaginent pas baisser les bras.

Capriles a appelé à des rassemblements devant tous les centres régionaux du Conseil national électoral. Ses sympathisants ont commencé à se rassembler dans les Etats de Barquisimeto et de Maracaibo, tandis que des groupes de fidèles "chavistes", portant des chemises rouges, ont défilé dans ceux de Zulia, de Monagas, d'Anzoategui, de Carabobo et d'Apure, selon des images diffusées par la télévision.

Nicolas Maduro doit être investi dans ses fonctions vendredi.

A Caracas, Angèle Savino

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.