Le Premier ministre chinois Li Keqiang
Le Premier ministre chinois Li Keqiang © Reuters / Ueslei Marcelino

Li Keqiang arrive en France ce lundi soir, pour une visite officielle jusqu'au 2 juillet. On devrait surtout y parler d'économie, avec notamment un sommet en compagnie de Manuel Valls à Toulouse. La Chine est notamment l'un des plus gros clients d'Airbus.

Traditionnellement, le Premier ministre chinois a l'économie en charge, et ce sera donc un volet important de ce voyage entre Paris, Marseille et Toulouse. Au programme : du nucléaire, mais aussi la visite des installations d'Airbus, sans doute pour finaliser l'achat de 50 à 70 Airbus A330.

Le numéro 2 du régime chinois a entrepris depuis 2012 (date de l'arrivée au pouvoir de Xi Jinping) un vaste plan de restructuration de l'économie de la Chine. Et pour faire face à la baisse de la croissance et à la surproduction industrielle, il s'interesse tout particulièrement à l'avant garde .

La Chine lorgne sur les cerveaux français

Aux yeux des Chinois, la France est justement un pays d'invention et de créativité. Appel aux cerveaux, financement de start-ups etrangères grâce aux importantes liquidités chinoises : les Francais ont une carte à jouer dans le domaine des nanotechnologies, de l'informatique, des énergies vertes... Et ils sont très sollicités.

La France a en effet excellente réputaion en Chine, comme l'explique Jean-Paul Tchang, économiste (au micro de Dominique André)

La Chine cherche à attirer des talents. On y voit arriverune nouvelle politique d'accès au statut de résident étranger pour les personnels qualifiés , prêts à venir ouvrir en Chine des entreprises innovantes. La Chine veut sortir de tous les grands secteurs traditionnels...

58 sec

La Chine lance un appel aux cerveaux étrangers

De nouvelles perspectives s'ouvrent, et pas seulement dans le secteur du nucléaire ou de l'aéronautique, qui restent deux étapes importantes du voyage, puisque la Chine est l'un des plus gros clients de l'avionneur Airbus .

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.