La conférence de presse de Vladimir Poutine
La conférence de presse de Vladimir Poutine © capture d'écran

Lors d'un point de presse, le président russe qui dénonce un coup d'Etat en Ukraine, a nié que des forces russes encerclent les bases militaires ukrainiennes en Crimée. Selon lui ce sont des "forces locales d'auto-défense".

Le président russe, qui s'exprimait pour la première fois en public depuis le changement de pouvoir intervenu en Ukraine a déclaré que Viktor Ianoukovitch, destitué et remplacé par un président par intérim, était le seul président légitime en Ukraine. Poutine considère tout de même que ukrainien Viktor Ianoukovitch n'a pas d'avenir politique.

Vladimir Poutine

Lors d'une d'une rencontre avec des journalistes dans sa résidence de Novo Ogariovo, près de Moscou, Vladimi Poutine a insisté sur le fait que la Russie n'était pour rien dans ce qui est arrivé en Crimée. Les groupes armés qui ont pris durant le week-end le contrôle des bases de la péninsule sont des "forces locales d'autodéfense" et non des soldats russes, a-t-il affirmé.

Le Président Russe a ajouté que son pays n'avait aucun intérêt à provoquer des "initiatives séparatistes" dans cette région, tout en prevenant que la Russie se réserve le droit de recourir à "tous les moyens" pour protéger ses citoyens en Ukraine.

D'ailleurs Vladimir Poutine explique que toute décision d'employer les forces armées russes en Ukraine sera "légitime" car "nous avons une demande du président légitime", a-t-il ajouté.

Les protestations et pressions occidentales sont traitées par le plus grand mépris par le Président russe : toutes ces menaces sont "contre-productives et nuisibles" dit Poutine qui ajout" que la Russie esr prête à organiser le sommet du G8 prévu en juin à Sotchi.Si les dirigeants occidentaux ne veulent pas venir, "ils n'ont pas à le faire", a-t-il ajouté.

L'analyse de Caroline Larson

Les dirigeants du G7 (Etats-Unis, Grande-Bretagne, Canada, France, Allemagne, Italie et Japon) ont annoncé dimanche qu'ils suspendaient leur participation aux préparatifs du sommet du G8 (G7 + Russie).

Les pression internationale sur Moscou se poursuivent sans grand succès

italy Churkin, l'ambassadeur russe à l'ONU montre la lettre de Ianoukovitch à Poutine
italy Churkin, l'ambassadeur russe à l'ONU montre la lettre de Ianoukovitch à Poutine © REUTERS/UNTV

Lundi soir, lors d'une réunion du Conseil de sécurité sur la crise en Ukraine qui a tourné une nouvelle fois au dialogue de sourds entre Moscou et les Occidentaux, l'ambassadeur russe à l'ONU Vitali Tchourkine a assuré que Viktor Ianoukovitch a demandé à Vladimir Poutine une aide militaire "pour défendre la population ukrainienne". L'ambassadeur a montré une lettre censée être la demande d'aide de l'ex président ukrainien.

A New-York, Charlotte Alix

Les Etats-Unis ont lancé les premières représailles diplomatiques contre la Russie

Moscou est "du mauvais côté de l'Histoire" dans la crise ukrainienne a prévenu Barack Obama. "Le message que nous faisons passer aux Russes est que s'ils continuent sur leur trajectoire actuelle, nous examinerons un ensemble de mesures économiques et diplomatiques qui isoleront la Russie. Elles auront un impact négatif sur l'économie de la Russie et son statut à travers le monde" a-t-il annoncé.

Barack Obama

target="_blank" href="http://www.franceinter.fr/#"> LecturePartager

Le président américain a réuni pendant plus de deux heures ses principaux conseillers en matière de défense et de sécurité nationale pour réfléchir aux moyens par lesquels les Etats-Unis et leurs alliés pourraient "isoler davantage" la Russie.

Le Pentagone a annoncé que les Etats-Unis ont "suspendu tous les liens militaires" entre Washington et Moscou à la suite de l'intervention russe en Crimée.

A Kiev, les représentants des puissances occidentales se succèdent pour apporter leur soutien au nouveau régime

Après le ministre des affaires étrangères britannique William Hague,lundi, place aujourd’hui mardi au secrétaire d’Etat américain John Kerry.

Ruddy Guilmin

target="_blank" href="http://www.franceinter.fr/#"> LecturePartager

Les européens ont mis en garde la Russie contre des mesures ciblées

Réunis lundi à Bruxelles, les ministres des Affaires étrangères de l'Union européenne n'ont fixé aucune date butoir et n'ont donné aucune précision sur les mesures qu'ils pourraient être amenés à prendre contre Moscou.

Hier, les vingt-huit ministres des Affaires étrangères, réunis à Bruxelles, ont d’abord fermement condamné les agissements des forces russes en Crimée, et ensuite appelé à l’ouverture sans délai d’une médiation entre Russes et Ukrainiens, à confier à l’Organisation de Sécurité et de Coopération en Europe, l’OSCE. Il a également été question de sanctions

Les explications de Quentin Dickinson

Les chefs d'Etat et de gouvernement des Vingt-Huit se réuniront jeudi à Bruxelles pour un Conseil européen extraordinaire consacré à la crise ukrainienne, où des décisions pourraient être annoncées.

Les russes continuent de souffler le chaud et le froid

La Russie réduira "à zéro" sa dépendance économique vis-à-vis des Etats-Unis si Washington impose des sanctions à son égard en raison de la situation en Ukraine, ce qui mènera au "krach" du système financier américain, a averti mardi Sergueï Glaziev, un conseiller du Kremlin.

Au même moment ou presque, le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov a annoncé que le Vladimir Poutine ordonne aux soldats russes engagés dans des manœuvres militaires de retourner dans leurs casernes. Dmitri Peskov précise que ces exercices militaires organisées dans l'ouest de la Russie, une région limitrophe de l'Ukraine, et dont la Russie a nié qu'ils soient en rapport avec les événements en Ukraine, ont été un succès.

A Moscou la correspondance de Caroline Larson

►►►POUR EN SAVOIR PLUS | La chronique de Bernard Guetta

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.