Ultranationaliste, acquitté en 2016 d'accusations de crimes de guerre (sur fond de soupçons de subornation de témoins), l'ancien ministre de Milošević vise la présidence.

Le leader nationaliste serbe Vojislav Seselj à Belgrade en mars 2016
Le leader nationaliste serbe Vojislav Seselj à Belgrade en mars 2016 © Reuters

Parmi les onze candidats en lice pour la présidentielle en Serbie dimanche, certains ravivent les mauvais souvenirs des guerres des Balkans qui ont traumatisé la région. Face notamment au favori Aleksandar Vučić, 47 ans, dont il fut le mentor, on trouve ainsi Vojislav Šešelj, 62 ans et un passé trouble lors de la guerre du Kosovo à la fin des années 90. Et contrairement à son ancien protégé, qui assure "qu'il a changé" et "qu'il en est fier", le candidat ultranationaliste reste droit dans ses bottes.

Aujourd'hui comme hier, il milite donc, bruyamment, pour la grande Serbie. Hier, très proche de Slobodan Milošević, il fut avec Mladić ou Karadžić l'un des artisans de l'implosion de l'ex-Yougoslavie, et des guerres aux 130.000 morts au cœur de l'Europe. Il déclarait même vouloir "achever tous les Croates avec une fourchette rouillée".

Murs, barbelés et champs de mines

Il fut accusé neuf fois de crimes de guerre et de crimes contre l'humanité par le Tribunal pénal international de la Haye, emprisonné pendant douze ans avant d'être libéré en 2014 et acquitté l'année dernière, à la surprise générale. Interpol a d'ailleurs relayé ce vendredi une demande du TPI pour arrêter trois Serbes accusés de subornation de témoin dans cette affaire.

Désormais, Šešelj refait de la politique, sur le même ton ultranationaliste qu'hier. En maniant l'insulte, en proposant une union militaire avec le frère orthodoxe russe (qui engloberait le Kazakhstan, la Biélorussie et l'Arménie), en brûlant le drapeau européen, ou en disant admirer la famille Le Pen ou Donald Trump. D'ailleurs, il souhaite lui aussi construire son mur anti-migrants. Quitte, si cela n'est pas suffisant, à y ajouter "des barbelés" et "des champs de mines".

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.