Le mystère du vol MH 370
Le mystère du vol MH 370 © MaxPPP / FAZRY ISMAIL

Le vol MH370 reste un mystère deux ans après la disparition du Boeing de la Malaysia Airlines, selon un rapport d'enquête publié ce mardi. Le Boeing 777 s'est volatilisé peu après son départ de Kuala Lumpur pour Pékin avec 239 passagers à bord. A ce jour, l'enquête n'a toujours rien donné, et de nombreuses familles de vdisparus ont porté plainte, dans l'espoir que les recherches se poursuivent.

Au pays de l'enfant unique, la douleur est accentuée

Sur les 239 passagers, 153 étaient chinois. Leurs proches se sont rassemblés ce mardi au Temple des Lamas à Pékin, grand temple boudhiste, à l'occasion du deuxième anniversaire de la disparition de l'appareil.

Il ne faut pas arrêter l'enquête, il faut nous donner une réponse, on ne peut compter que sur les médias, ça fait deux ans, on ne voit aucun espoir mais on veut que l'état retrouve les membres de notre famille, explique cette mère en larmes au micro de Dominique André. Elle a perdu son fils, sa belle fille et sa petite fille de deux ans et demi.

En Chine, le désespoir des parents est accentué par la politique de limitation des naissances. De nombreuses familles ont perdu leur seul descendant dans la disparition.

Le reportage de Dominique André au Temple des lamas à Pékin lors de la cérémonie des familles ce mardi

Nombreuses plaintes

Des dizaines de proches ont porté plainte avant l'expiration du délai légal des deux ans. Aux Etats-Unis, 43 proches de victimes, pour la plupart chinois, ont déposé plainte. En Chine, 12 ont entamé lundi une action similaire à Pékin contre la Malaysia Airlines, contre Boeing (constructeur de l'appareil), contre Rolls Royce (motoriste), et des compagnies d'assurance.

Des recherches toujours infructueuses

Les recherches avaient commencé en mer de Chine méridionale. Elles se sont ensuite déplacées vers l'Océan indien, sur la base d'informations radars indiquant que l'avion avait bifurqué de sa trajectoire initiale. C'est l'Australie qui dirige les opérations sur une zone de quelque 120.000 kilomètres carrés.

L'appareil aurait continué sa route vers le Sud pendant quatre heures. A court de carburant, il se serait officiellement abîmé en mer. L'enquête n'a rien donné, en dépit de la découverte d'une pièce de l'avion sur l'île de la Réunion.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.