a passenger takes pictures of malaysia airlines plane at kuala lumpur international airport
a passenger takes pictures of malaysia airlines plane at kuala lumpur international airport © reuters

La Malaisie a lancé dimanche un appel à l'aide internationale pour tenter de retrouver le Boeing 777 de la Malaysia Airlines mystérieusement disparu depuis plus d'une semaine. La France, notamment, vient d'envoyer des enquêteurs du BEA (Bureau d'enquêtes et d'analyses pour la sécurité de l'aviation civile).

La police malaisienne a indiqué enquêter sur les antécédents des 239 personnes qui avaient embarqué dans le vol MH370 et se pencher plus particulièrement sur la personnalité et les orientations politiques et religieuses de l'équipage de l'appareil.

Des policiers ont effectué des perquisitions aux domiciles du pilote et du copilote de l'avion, disparu le 8 mars à 01h22 du matin au large de la côte est de Malaisie, moins d'une heure après son décollage de Kuala Lumpur.

"Certains pays n'ont pas encore répondu à nos demandes de renseignements", a en revanche déclaré dimanche le chef de la police, Khalid Abu Bakar.

Le Premier ministre Najib Razak a confirmé samedi qu'une personne à bord avait éteint les systèmes de communication du Boeing 777-200ER et lui avait prendre la direction de l'ouest, alors que sa destination était Pékin.

Hishammudin Hussein a ajouté au cours d'une conférence de presse que la Malaisie avait sollicité l'aide de 25 pays, dont les Etats-Unis, la Chine et la France, auxquels elle a notamment demandé des données satellites supplémentaires.

Car le pays semble totalement dépassé par l'ampleur de l'enquête à mener. Carrie Nooten.

Introuvable ou caché

Les données satellites connues suggèrent que l'appareil a pu emprunter deux couloirs: l'un s'étendant du nord de la Thaïlande à la frontière du Kazakhstan et du Turkménistan, l'autre de l'Indonésie au sud de l'océan Indien. Dans les milieux spécialisés, on estime que l'avion a sans doute pris la direction du sud, le couloir nord étant beaucoup plus chargé et surveillé, avant d'épuiser ses réserves de carburant et de s'abîmer en mer.

Le sud de l'océan Indien est l'une des régions au monde les plus isolées et l'une des mers les plus profondes du globe, ce qui devrait compliquer la recherche de débris voire des enregistreurs de vol à même d'expliquer ce qui reste pour l'heure un mystère total.

Le domicile du copilote, Fariq Abdul Hamid, 27 ans, a été perquisitionné samedi soir. Celui du pilote, Zaharie Ahmad Shah, 53 ans, l'avait été quelques heures plus tôt. Les deux hommes n'avaient pas demandé à voler ensemble, a précisé dimanche le ministre des Transports.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.