A 76 ans, Gloria Allred est l'une des avocates les plus célèbres des Etats-Unis. Féministe de la première heure, elle défend des accusatrices d'Harvey Weinstein, de Donald Trump et de Bill Cosby. Un documentaire lui est consacré au festival du film indépendant de Sundance (Utah).

Gloria Allred au festival de Sundance en janvier 2018
Gloria Allred au festival de Sundance en janvier 2018 © Radio France / Valérie Cantié

Gloria Allred a été mère a 18 ans. Très vite, elle élève sa fille, Lisa, seule. Lors d'un voyage au Mexique, elle est violée sous la menace d'une arme par un médecin. Elle découvre qu'elle est enceinte à la suite de ce viol et veut se faire avorter. L'avortement n'est alors pas légal aux Etats-Unis (il le sera en 1973). Elle subit un avortement clandestin et manque de mourir. 

C'est son expérience personnelle qui l'a motivée à devenir ce qu'elle est aujourd'hui. Son engagement envers les femmes vient de son expérience personnelle. Une féministe convaincue, qui défend les femmes,  mais aussi les minorités, militante pour la défense des droits civiques. 

Mon travail c'est ma vie, c'est ce que je suis, c'est mon identité.

Selon un témoin du film "Seeing Allred", documentaire de Sophie Sartain, présenté au festival de Sundance : "Gloria a parlé de viol, de droits civiques, de harcèlement à une période où personne ne voulait en parler.

►ECOUTER : Un jour dans le monde avec un reportage sur Gloria Allred au festival du film indépendant de Sundance (Utah) 2018

Tout débord représentante syndicale, Gloria Allred a mené une manifestation de mères et de leurs enfants dans un supermarché pour protester contre la sexualisation des jouets "pour garçons et pour filles". Elle a manifesté, sa fille dans les bras, pour les droits civiques et pour la défense de l'égalité femmes-hommes à une époque où le sujet était tabou. Elle trouvait absurde que les livres scolaires de sa fille ne soient écrits que par des hommes. Elle a milité pour un système plus contraignant de paiement des pensions alimentaires. Elle a milité pour que les menus sans prix destinés aux femmes n'existent plus, afin de laisser les femmes inviter les hommes si elles le souhaitaient.

Jusqu'au moment où elle a constaté qu'il n'existait pas d'avocate féministe. Elle s'y est mise.

Gloria et les médias

Gloria Allred n'hésite pas à organiser des conférences de presse pour faire parler des causes et des victimes qu'elle défend. "Pour se faire sa publicité surtout !" affirment ses détracteurs, qui sont souvent  ceux qu'elle attaque en justice.

Gloria Allred  et Summer Zervos (à droite), l'une des victimes présumées de Donald Trump, à Los Angeles en novembre 2016.
Gloria Allred et Summer Zervos (à droite), l'une des victimes présumées de Donald Trump, à Los Angeles en novembre 2016. © AFP / Robyn Beck

Gloria Allred a très vite compris  qu'elle fera entendre sa voix et celle de ses clientes par le biais des médias. On la voit régulièrement aux cotés de ses clientes qui témoignent, en pleurs. Elle, ne pleure jamais. Mais elle les soutient, en leur tenant la main ou en leur passant la main dans le dos. 

Lorsque vous êtes victime de discrimination ou de harcèlement sexuel, à qui vous vous adressez ? A Gloria Allred ! 

affirme un témoin dans le documentaire. 

Les hommes riches et célèbres doivent comprendre qu'il y a des règles, il y a des limites , ils doivent respecter ces limites. Les femmes s'en remettent à moi pour être forte, et pour protéger leurs droits.

Bill Cosby

L'un de ses ennemis les plus puissants : l'acteur comique Bill Cosby, accusé par une cinquantaine de femmes de les avoir droguées puis violées ces trente dernières années. La star du Cosby Show a nié pendant des mois. Puis finalement, lors de son procès, il a admis lors de son procès en avoir droguées et agressées sexuellement deux, des adolescentes, au milieu des années 2 000. Mais le procès de mai 2 016 a été annulé faute d'obtenir un verdict à l'unanimité des jurés. Un deuxième procès, aura lieu au mois d'avril prochain. Gloria allred défend 29 femmes sur les 50 qui accusent Cosby. 

Donald Trump

Une vingtaine de femmes accusent le président américain d'agressions sexuelles, entre le début des années 80 et 2013. Il les accuse toutes de mensonges. Gloria Allred défend plusieurs des accusatrices de Trump. Le président américain accuse cette femme de mensonge, lors d'un meeting électoral. Trois jours après son élection, elle annonce qu'elle va le poursuivre en justice.

"Le président a répondu qu’il avait l’immunité. 

Nous répondons que non car la cour suprême des Etats-Unis dans l’affaire Paula Jones contre Bill Clinton dit qu'aucun homme n’est au-dessus de la loi, y compris le président des Etats-Unis, lorsque ce qui s’est passé est un acte non officiel. 

Nous disons que si nous pouvons prouver qu’il a porté atteinte à ma cliente c’était avant d’être élu, donc c’était un acte non officiel, et nous devrions pouvoir le poursuivre. Un autre argument de ses avocats est de dire qu’il est très occupé

Nous avons répondu que nous respecterions son agenda et que nous étions même prêts à recevoir son témoignage sous serment  à Mar-a- Lago ( la résidence de Trump en Floride) pendant ses séances de golf ".

Harvey Weinstein

Gloria Allred a engagé une procédure au nom de l’une des nombreuses victimes d’Harvey Weinstein que je représente. 

J’ai dit que c’était la première procédure mais pas la dernière. 

"La Weinstein Company devrait être vendue plutôt que d’être mise en faillite. Et il y a un groupe de femmes qui veulent l’acheter. Je les soutiens et elles soutiennent ma proposition : quiconque rachète la compagnie doit financièrement dédommager les victimes de monsieur Weinstein quand il était salarié de l’entreprise parce que je ne veux pas que les femmes passent par des années de procédure civiles alors que nous pouvons résoudre le problème d’une autre manière". 

Controverses 

Gloria Allred n’a pas que des amis. Elle a même souvent mauvaise presse, accusée de se faire de la pub, d’être sans arrêt sur les plateaux télé

Ce sont souvent évidemment ses ennemis, ceux qu’elle attaque en justice, qui l’accusent de mensonge et de faire de la communication. Elle leur répond :

"J’espère que je fais peur aux hommes qui refusent leurs droits aux femmes, qui leur font mal,  les agressent sexuellement, Les violent, agressent leurs enfants, leur refusent le salaire qu’elles méritent, oui j’espère qu’ils ont peur car nous les poursuivons légalement et politiquement. 

Mais sa bataille féministe n'est pas une bataille contre les hommes, contrairement à ce qu'affirment ses adversaires. 

"Nous avons une phrase dans le mouvement féministe : un homme de qualité n’est pas menacé par une femme qui prône l’égalité".

Beaucoup d’hommes qui viennent me voir et me disent « merci ! je veux un monde plus sûr et plus juste pour mes filles. Continuez à vous battre". 

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.