Des Houthis manifestent contre l'intervention de l'Arabie Saoudite au Yémen.
Des Houthis manifestent contre l'intervention de l'Arabie Saoudite au Yémen. © EPA/MaxPPP

Les Nations unies ont entrepris d'évacuer leur personnel étranger de Sanaa, la capitale du Yémen, en raison de l'aggravation des conditions de sécurité. L'Onu compte plus de 100 employés étrangers dans la capitale.

Les Nations unies ont exfiltré leur personnel présent à Sanaa, au terme d'une troisième nuit de bombardements aériens de la coalition arabe, qui cherche à endiguer la progression des miliciens chiites houthis.

Des habitants ont signalé de violents affrontements entre les Houthis et des combattants de tribus sunnites dans le sud du pays, au moment où la coalition internationale dominée par les Saoudiens s'efforce d'empêcher une nouvelle offensive de cette milice chiite en direction d'Aden, le grand port du Sud. Ryad a décidé d'intervenir alors que les Houthis, après s'être assurés en septembre le contrôle de Sanaa, menaçaient de prendre Aden, où s'est réfugié le mois dernier le président Abd-Rabbou Mansour Hadi.

Dans la station balnéaire égyptienne de Charm el-Cheikh, où se tient le sommet annuel de la Ligue arabe, Hadi a mis en garde les rebelles Houthis :

Je dis aux pantins aux mains de l'Iran (NDLR, les Houthis), c'est vous qui détruisez le Yémen par votre immaturité politique.

Le président Hadi a appelé à la poursuite des bombardements jusqu'à la reddition de cette milice. Les précisions au Caire de François Hume-Ferkatadji

L'Arabie Saoudite n'exclut par une intervention terrestre

62 personnes ont été tuées et 452 autres blessées dans les combats à Aden depuis mercredi. Des explosions, samedi, dans le plus grand dépôt de munitions de la ville d'Aden, ont fait au moins neuf blessés graves. Les Houthis ont continué de progresser depuis le lancement de l'opération arabe jeudi.

Ce qui se joue en toile de fond au Yémen, c'est une guerre par procuration entre deux géants de la région, l'Arabie Saoudite et l'Iran. Explications de Christian Chesnot

Vendredi, les miliciens chiites et leurs alliés au sein de l'armée ont atteint la côte du golfe d'Aden en s'emparant de Chakra, à 100 km à l'est d'Aden, ce qui leur permet d'ouvrir un nouveau front pour marcher en direction du grand port. Pour l'heure, l'Arabie saoudite, qui aurait mobilisé jusqu'à 150.000 hommes, dit ne pas avoir le projet d'une intervention terrestre mais ne l'exclut pas si nécessaire.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.