Le ministère yéménite de la Défense annonce ce mardi que l’armée régulière a repris la base d’Al-Anad. C'est la plus grande installation militaire du pays. Depuis le mois de mars, elle était aux mains des rebelles chiites Houthis.

C'est peut-être un tournant dans le conflit yéménite. L'analyse de Christian Chesnot.

Près de 24 heures d’intenses combats

L’offensive a été lancée ce lundi par les forces progouvernementales, avec l’appui de la coalition arabe menée par l’Arabie Saoudite (où le président Mansour Hadi est réfugié). L’enjeu était de taille : Al-Anad, située à une soixantaine de kilomètres au nord d’Aden, est un point stratégique pour sécuriser la ville portuaire en partie reprise aux rebelles ce week-end.

Pour préparer l’offensive sur la base d’Al-Anad, d’importants renforts ont été envoyés, et les avions de la coalition arabe ont lancé une série de raids. Les soldats ont ensuite pénétré dans les bâtiments durant la nuit, puis ont procédé à des opérations de ratissage pour s’assurer qu’il ne restait aucune poche de résistance.

Selon un bilan fourni par les forces loyalistes, 70 Houthis et 23 soldats de l’armée régulière sont morts. Dix rebelles ont été capturés.

Les rebelles perdent du terrain

Les fidèles du président Mansour Hadi ont également réussi à contrôler de nouveau la ville d’Houta, chef-lieu de la province de Lahj, ainsi qu’un important axe routier au nord d’Aden.

Et autour d’Aden, justement, des dizaines de chars et des centaines de soldats arabes du Golfe ont débarqué ce week-end pour sécuriser la ville, reconquise à la mi-juillet. Depuis le chef des rebelles chiites s’est dit prêt à un règlement politique de ce conflit qui a fait 4.000 morts en quatre mois, dont la moitié de civils selon l’ONU.

Thierry Goffeau, coordinateur de projets à Aden pour Médecins Sans Frontières, revient tout juste de mission. Il nous décrit la situation au Yémen.

► ► ► Pour comprendre le conflit au Yémen, cliquez ici.

La situation au Yémen
La situation au Yémen © Radio France
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.