C'est un casse-tête à chaque élection : la question des temps de parole.Ce lundi, la réglementation du Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA) entre en vigueur, un mois et demi avant les municipales. Voici les critères retenus pour équilibrer l'expression politique dans les médias durant la campagne.

Le logo du Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA).
Le logo du Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA). © Maxppp / Alexis Sciard

Le respect et l'équilibre des temps de parole politique en période électorale est toujours un véritable casse-tête pour les radios et les télévisions. Si la campagne officielle commence le 2 mars, ce lundi les recommandations du Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA) entrent en vigueur sur ce scrutin, six semaines avant le premier tour des municipales. 

Entre pluralisme et équité

Jusqu'au 22 mars, les médias audiovisuels vont donc devoir tenir une double comptabilité :

  • d'un côté, celle des paroles politiques qu'on ne peut pas rattacher à l'élection, auxquelles s'applique le principe du pluralisme : c'est ce que les médias appliquent toute l'année 
  • de l'autre, celle des paroles de campagne, soumise au principe de l'équité

Pour mesurer la représentativité à laquelle ont droit les différentes formations politiques, il va d'abord falloir prendre en compte les résultats obtenus aux dernières municipales en 2014. Ainsi, pas étonnant si l’on a le sentiment que la parole est beaucoup donnée à des formations un peu disparues du paysage politique comme, par exemple, le Parti socialiste.

Il faudra aussi tenir compte des résultats obtenus plus récemment (aux européennes, aux législatives), des sondages et enfin de "l'animation de la campagne", c'est-à-dire le bruit médiatique autour d'une petite phrase ou d'un événement, ou encore la mise en examen d'un candidat.

Une fois collecté, toutes ces données seront transmises au CSA tous les lundis de chaque semaine. À lui de dire si des rééquilibrages sont nécessaires. Entre les deux tours, en tous cas, les compteurs seront remis à zéro. 

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.