Si « la mémoire est la sentinelle de l'esprit » comme l'affirmait Shakespeare, Clairvaux demeure à tout jamais l'un de ces lieux de mémoire qui raconte une histoire de l'humanité à travers ses affectations successives, et souligne les liens inaltérables et parfois paradoxaux qui unissent passé et présent. Du temps des moines consacré à la prière et au travail à celui des longues peines qui, aujourd'hui encore, expient leurs fautes dans ces mêmes lieux, la lumière noire de Clairvaux questionne en permanence sur le sens de cette histoire et sur les relations à tisser entre ses deux visages, dont l'enfermement reste le dénominateur commun.

En donnant la parole à des compositeurs et à leurs interprètes, le festival de Clairvaux a choisi d'illustrer en musique cette singularité qui ne cesse et ne cessera jamais d'inspirer des créateurs. L'histoire de la musique, cet art du temps traversé par ses grands courants, ses conformismes ou ses ruptures, peut se lire en effet comme une métaphore signifiante des relations complexes que l'homme entretient avec son passé, entre tradition et renouveau, entre matière et mémoire.

Chaque année, le compositeur invité accepte ainsi de s'immerger dans le double univers de Clairvaux et de collaborer aux ateliers menés avec des détenus d'où sortira la création présentée lors du festival. En 2012, nous avons sollicité Philippe Hersant, dont l'œuvre accorde une place essentielle à la mémoire et aux souvenirs qui forgent l'identité de son univers musical. Son langage n'exclut pas non plus la « fêlure », cette fragilité de l'inattendu ou de l'improbable que la vie vient parfois déposer jusque dans l'écriture sonore. Il a donc accepté de relever ce défi et dit-il « de m'engager dans une aventure dont je sais déjà qu'elle va beaucoup compter dans ma vie d'homme et d'artiste ».

Des polyphonies corses qui plongent dans les racines immémoriales de la tradition orale à la musique contemporaine en passant par le répertoire romantique, toujours interprétés par des musiciens prestigieux, le neuvième festival de Clairvaux tissera ainsi un réseau de correspondances musicales entre tous les âges de la musique, ouvrant aussi comme à l'habitude une porte vers la découverte de répertoires plus insolites et vers les jeunes talents, ferments de l'avenir.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.