Après avoir fait l’ouverture de saison l’année dernière avecMEMORIES FROM THE MISSINGROOM, la chanteuse des Moriarty, Rosemary Standley, revient avecA QUEEN OF HEART, un spectacle en solitaire qui renoue avec la tradition perdue des tours de chant.

Sous la houlette de Juliette Deschamps, aussi à l’aise dans la mise en scène d’un opéra baroque que dans celle d’un spectacle du chanteur M, A QUEEN OF HEART s’inspire des femmes fortes, perdues ou fatales de l’Amérique des années 30, dans un décor où les rideaux de velours portent encore les traces de poussière ancienne et du faste d’antan. Il y est évidemment question d’amour et de perte, au gré d’un répertoire qui emprunte aussi bien à Kurt Weill qu’à Nina Simone, à Marilyn Monroe qu’à Cole Porter. A QUEEN OF HEART invite ainsi à un cabaret envoûtant et mélancolique, bercé par un piano et la voix de diva de Rosemary Standley.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.