Abdallah Oumbadougouest l’un des fondateurs de la musique Touarègue contemporaine, son blues envoutant s'écoute partout dans le désert de l'Algérie, au Mali, Niger et Lybie. Porte-voix de la rébellion des années 90, Abdallah rappelle avec sagesse qu’une musique engagée doit venir du cœur. Il est un membre du collectif DESERT REBEL (avec Mali de Tryo et Daniel Jamet de la Mano Negra qui joue dans ce nouveau projet d’Abdallah) qui s’est produit sur plus de 70 scènes en France et à l’étranger devant plus de 250 000 personnes : Transmusicales de Rennes, Chorus des Hauts de Seine, Africajarc, EsperanzAh ! en Belgique, Festival d’Agadir au Maroc, BAM à Barcelone, Festival d’été de Québec … Opposé au morcellement en factions ralliées à quelques chefs rebelles, il ne soutient aucun parti, si ce n'est celui de la culture, de l'art et de la poésie. Le peu d'argent qu'il touche grâce à sa musique sert à l'éducation des jeunes générations de Touaregs. Grandis aux abords des villes, la plupart d'entre eux sont frappés de désœuvrement : pas d'école, des pâturages desséchés, des animaux toujours plus maigres et puis le vent de sable qui cingle du désert... Pour eux, Abdallah Oumbadougou crée deux petites écoles de musiques, la première à Arlit en 2000, la deuxième en 2003 à Agadez, où vit la moitié de sa famille.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.